L'iPad, frein à l'innovation : Apple en passe de contrôler l'avenir

Clément Solym - 02.02.2010

Lecture numérique - Acteurs numériques - iPad - Apple - avenir


On s'attendait à plein de belles choses avec l'iPad, avant que certains analystes et autres vieux de la vieille de l'industrie high-tech ne clament le contraire. Et pas qu'un peu.

Froid et fermé : un risque

Alors que la tablette tactile d'Apple sera proposée pour 499 $ en version minimum, avec un écran de 10 pouces de diagonales, Brewster Kahle, directeur de l'Internet Archive est loin de l'enthousiasme : « Il est froid. Nous sommes en train d'assister à l'iPhone-ification du Macintosh. »


Car dans le cadre d'un développement fermé une fois de plus, les critiques jaillissent : les inquiétudes portent sur le côté monotache de la machine, par exemple. On ne pourra en effet exécuter qu'une seule action à la fois, un modèle complètement inverse à celui habituellement en cours dans le secteur. Et selon Brewster, un tel verrouillage empêche toute innovation majeure de la part des développeurs de logiciels.

« Je trouve cela décourageant. L'avenir est sous contrôle, et il est contrôlé par Apple », ajoute-t-il. Concernant les applications pratiques comme la messagerie mail ou les navigateurs, Brewster estime qu'il serait simple pour Apple de poser des limitations un peu partout. Une situation qu'Internet Archive, organisme qui lutte entre autres contre Google Books avec le lancement de BookServer, ne supportera évidemment pas.

Danger pour les libertés individuelles

Même son de cloche du côté de la Free Software Foundation, qui mène la gronde numérique contre l'arrivée de l'iPad, estimant que la tablette créera un véritable bouleversement dans notre utilisation de la technologie. « L'année passée, nous avons vu comment les droits de l'homme et les supporters de la démocratie peuvent voir la technologie se retourner contre eux par le fait des sociétés qui offrent des produits et les services auxquels ils sont reliés. »

On n'oubliera en effet pas la triste affaire Orwell Amazon, et les ebooks supprimés autocratiquement par le cybervendeur... Avec les possibilités de contrôle qu'Apple peut exercer sur l'iPad, la FSF craint donc que l'avenir de notre liberté ne soit largement menacé.