L'iPhone ne remplit pas que les poches des usagers

Julien Helmlinger - 30.01.2015

Lecture numérique - Acteurs numériques - Technologie - Economie - Politique commerciale


Cette semaine l'on apprenait qu'Apple avait battu le record américain de bénéfice trimestriel net, à l'occasion de son premier trimestre fiscal 2015, période au cours de laquelle la firme a vendu 74 millions d'iPhone et réalisé 18 milliards de dollars de profit. Afin de comprendre comment on s'en met ainsi plein les poches, après impôts, il est intéressant de jeter un oeil aux marges appliquées sur les ventes du produit phare de la marque à la pomme.

 

 

Selon le communiqué d'Apple, la marge brute du trimestre fiscal était de 39,9 %. Nette, elle se situerait plutôt aux alentours de 24 ou 25 %, ce qui reste, dans la tradition de la maison, une marge haute. En somme, la société revend ses produits bien plus chers que ce qu'ils ne lui coûtent. Pour exemple, le tarif de base de l'iPhone 6 est de 809 euros, dont près de 200 euros de marge. Et ce, après avoir tenu compte des impôts, de la R&D et autres dépenses...

 

Après ce trimestre, les réserves du groupe s'élèvent désormais à hauteur de 157 milliards d'euros, de quoi combler près de deux fois le déficit public français. 

 

(via Challenges)