Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

medias

L'outil Captcha remplacé par une solution visuelle tordue

Clément Solym - 17.12.2012

Lecture numérique - Usages - Captcha - reconnaissance de caractères - autres méthodes


Le moyen le plus couramment utilisé sur Internet pour distinguer un robot remplisseur de formulaires, d'un humain remplissant un formulaire c'est la méthode Captcha. Cet outil est connu des internautes, mais de ce fait, génère aussi des frustrations, lorsqu'il plante, ou présente des termes trop complexes à distinguer. 

 

L'évolution de Captcha pourrait passer par les innovations d'une petite start-up, Minteye, qui a proposé de placer un curseur que les utilisateurs devront faire glisser pour rétablir l'image originale. Une solution qui fonctionnerait tout aussi bien sur une tablette qu'avec une souris : le curseur, une fois placé à la bonne position, permettra de présenter une image acceptable du mot. 

 

Thérapie par l'exemple : 

 

 

 

En somme, le principe repose sur un Captach amélioré, et présenterait déjà des résultats de l'ordre de 94 % contre 76 % actuellement. En outre, une micropublicité est ajoutée, ce qui donnerait l'occasion non seulement d'améliorer la sécurité d'un site, tout en lui apportant des revenus publicitaires supplémentaires. (via The Next Web)

 

On pourra essayer d'autres outils à cette adresse.

 

Or, le but du jeu étant de rétablir une image dans un graphisme correct, et non plus d'écrire un mot, il y en a au moins un qui ne sera pas particulièrement jouasse que l'on abandonne son outil de sécurisation... et c'est Google. En effet, depuis bien longtemps, Captcha est un outil antispam qui sert également - et assez directement - à la numérisation de livres. 

 

En effet, puisqu'il repose sur un principe de lettres à déchiffrer, il assure à tout service de reconnaissance optique de caractères une aide précieuse. Raison pour laquelle, lorsque Luis von Ahn, à l'origine de ce projet, a créé reCaptcha, société dédiée à l'OCR, Google a rapidement sorti son porte-monnaie. « Environ 60 millions de Captcha sont utilisés à travers le monde chaque jour - chacun prenant environ 10 secondes. Par personne, cela ne représente pas grand-chose, mais bout à bout, ces puzzles impliquent 150.00 heures de travail », expliquait von Ahn.

 

En septembre 2009, Google achetait ainsi l'outil, avec dans l'idée de nettement améliorer son service Google Books, et le rendu EPUB des ouvrages libres de droit alors numérisés...