Allemagne : Holtzbrinck amorce l'abandon des DRM au profit du watermark

Antoine Oury - 20.07.2015

Lecture numérique - Usages - Holtzbrinck - DRM - livre numérique


Le mouvement est en marche depuis le début de l'année, après les demandes très concrètes formalisées par l'association des libraires allemands devant les éditeurs. Les DRM « durs » comme celui d'Adobe, très utilisé dans l'édition, mais véritables punitions à l'usage, les forçaient à assurer le service après-vente, sans contrepartie. Pour le bien de l'industrie, il était nécessaire de changer de technologie et d'habitudes. L'appel a été largement entendu.

 

DRM

(ActuaLitté, CC BY SA 2.0)

 

 

Le DRM d'Adobe, verrou numérique censé empêcher au maximum le piratage, a été plus que moqué : simple formalité pour les pirates, mais sacerdoce pour les lecteurs, particulièrement les moins expérimentés, cette solution technique apparaît comme « un programme de fidélité pour Amazon », pour reprendre l'expression des libraires allemands, qui bénéficie d'un système certes propriétaire, mais beaucoup plus simple.

 

Comme en France, où le Syndicat de la Librairie française fait état du même positionnement vis-à-vis des DRM durs, l'appel aurait pu rester lettre morte auprès d'une industrie tétanisée par la peur du piratage. Mais non : outre-Rhin, on assiste ainsi à un véritable mouvement de masse. Il y a tout juste un mois, le groupe suédois Bonnier, avec derrière lui des maisons comme Piper, Carlsen, ou Ullstein, annonçait un abandon progressif du DRM, au profit du watermark.

 

Ce tatouage numérique, qui ajoute les coordonnées de l'acheteur à l'exemplaire numérique acheté, permet ensuite de retrouver le contrevenant en cas de partage illégal sur le Web. Et de faire planer sur tous les autres pirates potentiels la menace d'une identification rapide. Certes, il ne faudra pas laisser traîner ses livres numériques n'importe où, mais la solution semble plus sécurisée que la solution d'Adobe, qui se base sur une collecte massive des données clients...

 

Pour revenir à l'Allemagne, un des plus grands groupes d'édition du pays, Holtzbrinck, s'est lui aussi résolu à lâcher les verrous, à partir du mois d'août prochain. Comme chez Bonnier, l'abandon sera progressif, et les résultats particulièrement suivis : Droemer Knaur, Kiepenheuer & Witsch, Rowohlt et S. Fischer seront les maisons en tête de cortège.

 

« L'utilisation de mesures de protection "légères" est le résultat d'un contrôle minutieux des normes techniques et de l'évolution du marché. Pour le moment, l'expérience interne et externe avec le tatouage montre qu'il est aussi effectif et fiable que le DRM pour protéger les droits de nos auteurs », souligne Peter Kraus vom Cleff, directeur commercial chez Rowohlt.

 

Avec Holtzbrinck converti, il reste surtout Penguin Random House et Suhrkamp à convaincre.

 

(via BuchReport)


Pour approfondir

Editeur :
Genre : arts et spectacles
Total pages :
Traducteur :
ISBN : 9782765413899