La blockchain pourra-t-elle convaincre l'édition numérique ?

Camille Cado - 26.03.2019

Lecture numérique - Acteurs numériques - droits auteur blockchain - Content Blockchain start-up - blockchain gestion collective


Une start-up oeuvrant dans le domaine de la blockchain vient d’être récompensée par un Prix de l’édition numérique allemand. De son petit nom, Content Blockchain, est un écosystème ouvert et décentralisé qui permet aux utilisateurs de gérer, d’identifier et d’interagir avec le contenu numérique. Une initiative qui s'adresse notamment aux acteurs de la chaîne du livre pour « changer positivement le marché dans son ensemble ».

 via Facebook

 
Les prix de l’édition numérique (Digital Publishing Award) ont été remis pour la première fois à la Foire du livre de Leipzig. Ils récompensent des innovations dans le domaine de l’édition numérique : produits, plateformes, ou entreprises inédites. Le prix a été présenté par Daniel Lenz, Steffen Meier, et Verdat Demirdöven, experts du numérique. 

Parrainé par le ministère fédéral allemand de l’Économie et de l’Énergie, le prix a été remis jeudi 21 mars dans six catégories différentes. Dans la catégorie Start-up, c’est Content Blockchain, cofondée par Sebastian Posth et dirigée par Ron Martinez, qui a été récompensé. 
 

Vers un espace plus ouvert à l’ensemble des acteurs de la chaîne du livre ? 


Le projet Content Blockchain déploie un écosystème de blockchain ouvert et décentralisé dédié au contenu multimédia. Plus simplement, c’est une technologie de stockage et de transmission d’informations sécurisée sans organe de contrôle. Petit plus, et pas des moindres, Content Blockchain est la première start-up à développer un ISCC : un identifiant de contenu dans un environnement décentralisé. 

Son objectif est de rassembler dans une seule et même infrastructure des acteurs du monde littéraire et plus largement du multimédia (texte, image, audio, vidéo). Les usagers pourront y déposer des ouvrages en ligne pour les vendre, nouer des relations économiques, partager collectivement les droits des œuvres ou encore accéder à des soutiens financiers.

Le projet s’adresse aux auteurs, photographes, journalistes, musiciens, artistes, blogueurs, éditeurs, distributeurs de contenu et à toutes sortes de sociétés de médias, start-ups et créatifs du monde entier, assure Content Blockchain sur son site web

« Grâce à cette infrastructure en blockchain dédiée au contenu multimédia, nous espérons promouvoir l’innovation numérique dans le secteur de l’édition », a affirmé le cofondateur Sebastian Posth. 
 

"L’identifiant ISCC constitue un élément essentiel"


« Le projet fournit également des outils de base et des normes de la chaîne pour l’identification de contenu ISCC (International Standard Content Code) », reprend-il. « L’ISCC peut être généré gratuitement à partir de contenu numérique tel que des images, du texte ou des vidéos. Ces identifiants et les termes de licence peuvent être enregistrés sur un réseau blockchain accessible au public. »

Une initiative que saluent tout particulièrement les jurés du prix puisque Content Blockchain est l’une des seules start-ups de blockchain à le mettre en place. « Le Code de contenu international normalisé, qui est comparable aux identifiants traditionnels du monde des médias tels que l’ISBN, l’ISSN ou l’ISRC, constitue un élément essentiel. »

« L’ISCC est avant tout un identificateur de contenu créé à partir du contenu lui-même. Ce concept est le plus important. Si vous avez accès à un fichier de contenu, vous connaissez son ISCC. L’ISCC est une sorte d’empreinte digitale du contenu », reprend Sebastian Posth. 
 
Sur Content Blockchain, le code ISCC voyage avec le contenu, favorisant ainsi les relations économiques et les ventes de droits dans un environnement ouvert et décentralisé. 

« C’est d’une grande utilité pour les éditeurs qui souhaitent s’impliquer dans cette nouvelle technologie de la décentralisation. [...] Si les éditeurs se joignent à l’initiative, le succès est très probable et cela pourrait changer positivement le marché dans son ensemble », conclut Sebastian Posth. 
 

Les autres projets récompensés sont Book Sprints (Adam Hyde), We Audiobook You (Bookwire, Jens Klingelhöfer), Blood Sugar Lounge (Verlag Kirchheim), Sound of Magic, et Michaela Philipzen (Ullstein).

Via Publishing Perspectives


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.