medias

La Chine bloque plusieurs librairies en ligne pour contrôler leurs contenus

Antoine Oury - 05.08.2019

Lecture numérique - Acteurs numériques - chine librairies - chine censure livres - ebooks censures


Trois plateformes chinoises de vente de livres numériques font l'objet d'une enquête menée par le gouvernement chinois. Le Bureau national pour la lutte contre les publications pornographiques et illégales aurait dans le viseur plusieurs titres mis en vente par ces librairies, dont des œuvres autopubliées évoquant des relations homosexuelles.

Golden Boy - It's all about the glasses - Lower Essex Street
(Elliott Brown, CC BY-SA 2.0)


La voix du gouvernement chinois s'est fait entendre par l'intermédiaire du Bureau national pour la lutte contre les publications pornographiques et illégales, qui assure avoir détecté « des problèmes relatifs à la diffusion de contenus obscène dans le domaine de la littérature sur internet » et pointe la responsabilité de certains sites « qui ont franchi les limites à plusieurs reprises ».

Jinjiang Literature City, une des principales plateformes chinoises de publication de fictions autopubliées, fait partie des premiers sites visés : en mai dernier, le Bureau pour la lutte contre les publications pornographiques avait déjà manifesté quelques réticences par rapport aux textes diffusés sur la plateforme. Selon le rapport du Bureau, le site aurait accepté de se plier aux règles en vigueur.

Ces fameuses règles, justement, restent inconnues, ou en tout cas particulièrement floues, y compris dans leur application : étant données l'activité du Bureau, ce sont des textes à connotations sexuelles, ou décrivant des actes sexuels, qui étaient visés, mais aucune précision n'a été avancée quant aux textes incriminés.

Aussi, certains utilisateurs du site s'inquiètent d'une censure dirigée plus spécifiquement vers la littérature gay, évoquant des relations homosexuelles et décrivant des personnages LGBTQ.
 

Une mauvaise influence sur la jeunesse


Jinjiang Literature City n'est pas le seul site touché par le zèle du Bureau : Midu Novels et Tomato Novel, deux autres plateformes de publication et de lecture en ligne, ont également reçu des sommations, qui les obligent à arrêter toute mise à jour jusqu'au 15 octobre 2019, le temps que l'enquête du Bureau soit finalisée.
 
Outre les thématiques homosexuelles et LGBTQ, certaines couvertures ajoutées aux ouvrages pourraient avoir déplu aux fonctionnaires du Bureau national, notamment certaines mettant en scène des jeunes femmes légèrement vêtues. 

Les plateformes touchées montrent qu'aucun opérateur n'est à l'abri des services de Pékin : Midu Novels appartient à Qutoutiao, société cotée en bourse, tandis que Tomato Novel a été mis en ligne par Bytedance, déjà derrière la fameuse application TikTok. Plusieurs autres opérateurs, dans le domaine des jeux vidéo, avaient été inquiétés il y a quelques semaines pour des observations similaires du gouvernement.

L'action du Bureau, comme souvent lorsque la censure frappe, a pour objectif final de protéger la jeunesse d'une influence néfaste. Ainsi, la suspension des mises à jour des différentes plateformes doit aboutir sur « un environnement de lecture en ligne propre et approprié »...


via Nikkei Asian Review, Inquirer


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.