La collaboration BnF-Orange rend Candide tout numérique

Clément Solym - 16.11.2012

Lecture numérique - Applications - Candide Voltaire - application - Bibliothèque nationale de France


La première après-midi du Forum d'Avignon, censé proposer des « raisons d'espérer » pour le domaine de la Culture, se termine par la présentation de quelques innovations technologiques. Sous la voute en forme de coque de bateau, les propositions s'enchaînent, avec en ouverture une application numérique concoctée par la BnF et Orange, chargée de promesses.

 

 

 

 

David Lacombled, directeur délégué à la stratégie des contenus chez Orange, « toujours précurseur en ce qui concerne la culture, on se souvient entre autres de la télévision par ADSL dès 2004 », introduit ainsi l'édition numérique du Candide de Voltaire. « Nous ne sommes pas producteurs, mais distributeurs », signale d'emblée Lacombled.

 

Un peu producteurs quand même : sous l'impulsion de Christine Albanel et de la Fondation Voltaire, la Bibliothèque nationale de France s'est risquée à la conception d'une application, proche du livre augmenté. Les versions du texte libre de droits s'accumulent : manuscrit original de 1759, versions illustrées début XIXe, et même, « ce qui est tout à fait étonnant » d'après Thierry Grillet, directeur des affaires culturelles de la BnF et remplaçant de Bruno Racine, une version allemande aux dessins signés Paul Klee.

 

« La Bibliothèque va apporter énormément d'images » assure-t-il, vidéos de Michel Le Bris à l'appui, accompagné par d'autres intervenants, comme Alain Finkelkraut. Candide sera donc le premier titre d'un « large programme étalé sur 3 ans » entre la BnF et Orange, qui aboutira, d'après David Lacombled, à l'adaptation sous la forme d'applications d'autres titres, vraisemblablement du domaine public.

 

Et l'ensemble s'avère plutôt convaincant, enrichi d'une version audio contée par Denis Podalydès. Une section plus expérimentale, le « jardin » permettra aux lecteurs d'enrichir eux-mêmes l'ouvrage avec des annotations, des remarques et pourquoi pas des ajouts de contenus. Si l'efficacité de la proposition est sujette à caution, on appréciera la refonte d'un projet casse-gueule présenté au Salon du Livre 2012, qui proposait l'érection d'une « ville » par les lecteurs, avec leurs oeuvres préférées. Le meilleur reste encore la gratuité de l'objet, malgré les nombreux contenus inédits proposés.

 

On devine que la sortie de l'application, disponible dans quelques jours sur les principales plateformes, ainsi que sur le portail Orange.fr, s'inscrit dans un mouvement particulièrement proche du livre numérique. Outre lecteur.com, MO3T est bien sûr évoqué, « sous le regard de MM Gallimard et Kouck », David Lacombled engage l'opérateur sur plusieurs points :

  • un accès garanti aux livres numériques, quel que soit le format choisi
  • en cas de changement d'opérateur, un accès également garanti à votre bibliothèque personnelle

L'opérateur semble prêt à tout pour ne pas « laisser place aux géants mondiaux, qui captent notre audience et nos revenus » affirme encore le responsable de la stratégie des contenus, qui ouvre le Lab du Forum d'Avignon avec fracas. Suivront, avec des succès variés, des compositions musicales à partir de Twitter, une typographie des gestuelles de chefs d'orchestre, ou encore un logiciel signé Dassault Systèmes, qui a plus à voir avec l'exploration des fonds marins qu'avec la vente de Rafale.

 

15-11- Le Lab Du Forum d'Avignon