La communication ReLIRE, en urgence depuis les CRL

Clément Solym - 22.04.2013

Lecture numérique - Usages - registre ReLIRE - numérisation - oeuvres indisponibles


On l'a vu, en février dernier, le Ministère de la Culture et de la Communication décidait d'investir, au travers d'un appel d'offres, un budget de 125.000 € pour assurer une stratégie de communication au travers de ReLIRE. Cette conséquence funeste de la loi du 1er mars sur la numérisation des oeuvres indisponibles n'emballe pas grand monde. Mais quand c'est l'argent public que l'on continue d'investir dans des bannières publicitaires sur le net, la grogne monte d'un cran.

 

 

 

 

Ainsi, selon nos informations, la communication n'est pas toujours qu'institutionnelle, bien que largement pilotée par les organisations à l'origine de cette législation. Pourtant, les auteurs qui se sentent concernés, et espérons qu'ils soient nombreux, ont rendez-vous avec l'Agence régionale du livre PACA, pour une journée interprofessionnelle. 

 

Celle-ci propose en effet le 27 mai à Marseille (BMVR Alcazar), d'être tenu informé « précisément et rapidement », sur les enjeux de cette numérisation. 

 

Rappelons en effet que depuis le 21 mars, une première liste de 60.000 titres a été mise en ligne sur le site ReLIRE, et qu'à moins que les ayants droits, auteurs ou éditeurs, ne s'y opposent, les ouvrages seront numérisés, puis intégrés dans la gestion collective que pilote la Sofia, à compter du 21 septembre 2013. À ce titre, et bien que les auteurs n'aient pas signé d'avenant à leur contrat, les oeuvres pourront être exploités, au format numérique, sans aucune contrainte par les éditeurs.

 

Cette commercialisation, qui pourrait sembler abusive, aura lieu du fait de la législation mise en place, qui se dispense de toute forme de négociation avec les auteurs, pour autoriser une numérisation de facto. Pour assurer aux créateurs un certain droit de regard - une aumône, disent certains - il est prévu de pouvoir faire retirer son oeuvre au cours des six premiers mois après la publication de la liste. 

 

Passé ce délai, les ayants droit pourront toujours tenter l'impossible et tenter de faire valoir leurs droits. Nous leur souhaitons par avance bon courage. 

 

 

Programme de la journée du 27 mai à Marseille : 

 

9h30 – Accueil, introduction/ouverture

10h – La Loi du 1er mars 2012 et son décret d'application du 27 février 2013 : historique, contexte(s), objectifs et présentation d'ensemble, par Hugues Ghenassia de Ferran, adjoint au directeur chargé du livre et de la lecture, ministère de la Culture et de la Communication

11h – ReLIRE, le Registre des livres Indisponibles en Réédition Électronique, par la BnF

12h – La gestion collective de l'exploitation numérique des livres indisponibles du XXe siècle, par Christian Roblin, directeur de la Sofia

13h – Pause déjeuner

14h15 – Les auteurs et la loi sur les livres indisponibles du XXe siècle, par la SGDL

15h – Les éditeurs et la loi sur les livres indisponibles du XXe siècle, par le SNE

15h45 – La numérisation et la diffusion sous format numérique des livres indisponibles du XXe siècle, par le Cercle de la Librairie ou sa filiale Société de projet (sous réserve)

 

Chaque intervention sera suivie d'un échange avec la salle.

 

Entrée libre sur inscription en ligne  




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.