La concurrence sur l'abonnement ebooks face à Kindle Unlimited

Clément Solym - 21.07.2014

Lecture numérique - Usages - Kindle Unlimited Amazon - offre de lecture streaming - Youbook Youscribe


Amazon installera, à la rentrée prochaine, son offre d'abonnement pour des livres numériques en illimité, après avoir officiellement présenté son service la semaine passée. ActuaLitté révélait en exclusivité que la France serait rapidement servie, avec un catalogue de livres principalement axé sur les éditeurs de petite et moyenne taille. Mais les autres acteurs de l'abonnement ont rapidement réagi, sur le territoire, et à l'international.

 

 

 

 

Évidemment, voir Amazon débarquer, ce n'est pas vraiment comme savourer un chamallow : le géant de la vente en ligne, avec son pouvoir de persuasion, va incontestablement se tailler une part non négligeable avec son service. Kindle Unlimited sera accessible depuis les applications iOS et Android, et toutes les personnes déjà acquises à l'écosystème propriétaire devrait s'empresser de souscrire à l'offre - certainement 9,99 €. 

 

Entre levée de boucliers et accueil chaleureux

 

Bien évidemment, quand on gorille de 500 kg vient piétiner le terrain que l'on cultive avec minutie, personne ne se réjouit réellement que pareil trublion vienne jouer des muscles. D'autant que la planète entière parlait du projet d'Amazon, avant même que la communication officielle ne soit déclenchée. Deux jours durant, les spéculations sont allées bon train, et Jeff Bezos, après avoir fait fuiter une page, par hasard, se décidait enfin à mettre tout le monde d'accord avec un message précis.

 

En France, la société Youscribe a été la première à réagir officiellement pour rappeler que son offre est disponible depuis mai 2014. « L'arrivée d'Amazon avec l'offre Kindle Unlimited est une excellente nouvelle. Cela démontre l'attente des usagers d'un abonnement illimité pour une lecture plus naturelle des ouvrages numériques », témoigne Juan Pirlot de Corbion, fondateur de la société.

 

Et d'ajouter : « L'abonnement illimité tel que proposé par Youscribe et prochainement par Amazon, n'est autre qu'une forme plus moderne des bibliothèques que nous connaissons. Une rémunération plus juste envers les éditeurs et auteurs puisqu'ils sont rémunérés à chaque lecture selon le nombre de pages lues ; alors que les bibliothèques traditionnelles achètent et payent une seule fois des milliers d'ouvrages et les prêtent plusieurs dizaines de fois, pour un coût de revient identique pour l'éditeur et son auteur. »

 

Du côté de Youboox, premier acteur français à s'être lancé, en juillet 2011, on accueille la chose avec enthousiasme : « C'est le moment de développer ce marché francophone de la lecture en streaming Youboox intéresse déjà plus de 420 000 lecteurs inscrits qui disposent de 70 000 livres numériques. Nous sommes prêts pour accélérer cette mutation avec les grands éditeurs. L'arrivée d'Amazon sur ce type de service représente une opportunité pour nous. Pour un marché libre, il faut plusieurs acteurs, et nous nous battons pour développer une alternative française avec tous les éditeurs pour construire un service différenciant », assure Fabien Sauleman, de Youboox. 

 

Certes, mais encore ? Eh bien...

 

A l'international, Scribd et Oytser, deux sociétés déjà implantées dans le même domaine, assurent qu'elles ne sont pas encore mortes. Mike Shatzkin, analyste spécialisé dans le secteur de l'édition, souligne que toutes deux possèdent un beau catalogue et des partenariats solides avec de grands groupes d'édition. (via AP)

 

Mais de leur côté, les deux fondateurs des sociétés se rangeraient plutôt du côté d'une joyeuse communication : Trip Adler, de Scribd, assure que Kindle Unlimited est « intéressant pour l'industrie dans son ensemble ». Mieux : la concurrence n'est pas à redouter : les consommateurs pourront tester toutes les formules, et choisir celle qui leur semble la plus efficace pour leurs besoins.

 

Eric Stromberg, de Oyster, ne dit pas autre chose. « Ils sont passés d'un modèle de transaction, à un modèle d'abonnement sur un autre média, et ont connu un succès limité. Ils ont vraiment ouvert le chemin du livre numérique, et il est enthousiasmant de les voir embrasser le marché que nous avons créé comme le futur des livres. »

 

Pour l'heure, rien n'a réellement filtré de ce que peut être l'offre formulée par Amazon aux éditeurs. Les conditions commerciales ne sont pas dévoilées, et il faudra s'attendre à ce que des éditeurs, rompus aux négociations avec la firme, mais également forts des propositions formulées par Oyster ou Scribd, soient déjà en mesure de ne pas se laisser trop rapidement amadouer. 

 

« Je doute fort que le premier choix d'acteur pour un partenaire dans l'abonnement soit Amazon. Les éditeurs ne veulent pas voir la concentration du marché du détail - ils souhaitent sa diffusion », conclut Shatzkin. L'offre avance cependant très vite : alors que la semaine passée, moins de 30.000 titres étaient proposés, on en retrouve déjà plus de 100.000 à cette heure. 

 

Reste que pour le moment, l'offre est réservée aux auteurs indépendants qui passent par KDP Select, la formule d'autopublication d'Amazon. Et que les intérêts commerciaux de la firme ne rejoindront probablement pas ceux des indépendants. 

 

Et puis, il reste une question, double : si Amazon propose un environnement nouveau pour l'abonnement, ce dernier reste un écosystème propriétaire. Mais surtout, dès lors qu'une offre à 9,99 $ arrive, avec un outil de location/prêt, on se demande combien de temps va s'écouler avant qu'Amazon ne propose aux bibliothèques publiques de prêt, une offre similaire à celle d'OverDrive. 

 

Soudainement, on se demande si les différents acteurs ont vraiment pris la mesure de ce qui se passe...