Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

La contrefaçon numérique frappe le roman Joyland de Stephen King

Nicolas Gary - 15.06.2013

Lecture numérique - Usages - Stephen King - Joyland - contrefaçons


Depuis mai 2012, la planète entière sait que le nouveau roman de Stephen King, Joyland, ne sera commercialisé qu'en version papier. Si les justifications du romancier n'ont pas vraiment évolué, on sait simplement que King aime les librairies, et qu'il croit, par ce biais, leur donner un coup de main. Mais contraindre les lecteurs à ne disposer aujourd'hui que d'un seul point de vente, est-ce bien malin ?

 

 

 

 

« J'aime le crime, le mystère et j'aime les fantômes ». J'aime aussi les couvertures cartonnées avec lesquelles j'ai grandi quand j'étais enfant. Et pour cette raison, nous allons suspendre la publication numérique pour celui-là », expliquait King en mai 2012. C'est que la maison Hard Case, avec laquelle il a signé pour ce roman, fait les choses plutôt en grand, avec des couvertures effectivement rétro-vintage assez plaisantes.

 

Joyland délaisse les bourgades du Maine pour prendre place autour d'un parc d'attractions de Caroline du Nord dans les années 70. Venu y travailler, un étudiant va se confronter à « l'héritage d'un meurtre vicieux, le destin d'un enfant à l'agonie et la façon dont ses deux choses vont bouleverser sa vie ».

 

Or, un an plus tard, date pour date, le King reprenait son bâton de pélerin : « Je n'ai pas de projets pour une version numérique. Peut-être plus tard, mais en attendant, que les gens se bougent, et aillent dans une librairie réelle, plutôt qu'un ebookstore. » 

 

Dans cette action, autant un soutien pour le petit éditeur indépendant que peut être Hard Case, qu'en faveur de la librairie, King avait probablement négligé un point : l'effet Rowling. Durant des années, la romancière avait interdit que l'on commercialise sa saga Harry Potter en version numérique. Moralité, des versions pirates florissaient sur la toile, et plus elles étaient pourchassées, plus vigoureuses revenaient-elles. Une sorte d'hydre, évidemment.

 

Eh bien, même punition pour King. Plusieurs fichiers circulent sur les réseaux connus pour leur vocation à partager. Mais on peut également, avec un peu plus d'opiniâtreté, tomber sur des lectures streaming de fichiers PDF, avec code exportable, pour en profiter plus amplement depuis son navigateur (voir capture d'écran).

 

 

<

>

 Les trois formats : streaming en PDF, EPUB ou MOBI

 

 

Chose déplorable, certes, mais prévisible. Contraindre les consommateurs américains n'est jamais une chose facile, et avec cette décision, le King ne pouvait pas ignorer que les conséquences induiraient une vague de versions contrefaites. Pas de solution miracle, évidemment, simplement des comportements qui ont changé, et des positions qui ne sont pas évidentes à tenir. 

 

Toutefois, le King peut se rassurer. Il aura fallu quelques recherches pour dénicher l'ebook contrefait - la propagation ayant débuté aux alentours du 9 juin et n'étant pas encore à son paroxysme... A ceci près que la version hardcover a été publiée le 4 juin...