La culture gratuite, en ligne, au cœur des mutations technologiques

Clément Solym - 01.10.2012

Lecture numérique - Acteurs numériques - culture - internet - création


Suite à la publication d'une interview de Francis Dannemark, l'administration du Service général des Lettres et du livre du Ministère de la Fédération Wallonie-Bruxelles, éditeur de Lettres numériques, qui publiait l'entretien, a tenu à répondre, indirectement à l'éditeur. Ainsi, l'administration « laisse à Francis Dannemark la responsabilité de ses propos. Sans vouloir polémiquer, il importe toutefois d'effectuer plusieurs mises au point ».

 

La culture gratuite, accessible en ligne, est au cœur des mutations technologiques. Elle se généralise dans tous les secteurs et vient bouleverser nos pratiques de consommation mais également celles des producteurs que sont les auteurs et les éditeurs et celles des intermédiaires que sont les libraires et les bibliothécaires. Ignorer ou diaboliser cette évolution n'en modifiera pas le cours. Deux questions au moins ne peuvent être évitées :

  • quels modèles proposer pour composer avec la gratuité omniprésente, tout en rétribuant justement les producteurs et en cherchant à toucher les nouveaux publics connectés aux écrans ?
  • le numérique, certes encore accessoire dans certains processus de création ou de diffusion, ne mérite-t-il pas que les pouvoirs publics, en concertation avec les opérateurs de terrain, appréhendent mieux son potentiel ?

Avec l'ère numérique, les grands objectifs de la politique culturelle et artistique enFédération Wallonie-Bruxelles n'ont pas fondamentalement changé. Le soutien à la création et à la diffusion en reste l'axe majeur et les budgets qui lui sont consacrés sont en croissance soutenue. Ainsi, le budget alloué spécifiquement au livre dépasse les 20 millions d'euros en 2012 (… dont 1,4 % affecté au plan de développement numérique de la chaîne du livre). Ce budget global de soutien au livre a augmenté de près d'un tiers en cinq ans, au bénéfice direct des auteurs de création mais également des illustrateurs, éditeurs, libraires et bibliothécaires.

 

 

 

 

La promotion de la lecture, en particulier, est depuis toujours au cœur des politiques publiques de la Culture. Parce que la pratique et la maîtrise de la lecture conditionnent énormément l'accès au savoir. Quant au livre, il permet en effet le recul et le temps de pause nécessaires à toute réflexion et ce, quel que soit son support : tablette, soie, papyrus, parchemin, rouleau, imprimé, fichier numérique. On ne lit pas moins, on lit autrement.

 

Le plan de développement numérique de la chaîne du livre, soutenu par le Gouvernement et la Ministre de la Culture, s'est progressivement mis en place, après étroite consultation des différents « maillons » que sont les représentants des auteurs, des éditeurs, des libraires et du service de la lecture publique.

 

C'est pourquoi un Partenariat interprofessionnel du livre et de l'édition numérique a pu être créé, générant des formations numériques gratuites et accessibles à tout un secteur qui évolue depuis longtemps déjà dans l'ère numérique. C'est dans cet état d'esprit que la Ministre Laanan a souhaité dégager des moyens spécifiques au développement numérique de la chaîne du livre, répondant ainsi concrètement et positivement aux recommandations émises par le Conseil du livre, en mai 2009.

 

Enfin, si le marché du livre numérique est encore insignifiant en Europe francophone, il n'en va pas de même aux États-Unis et au Royaume-Uni où il enregistre des taux de croissance impressionnants. Il est une mission essentielle des pouvoirs publics d'anticiper les besoins des opérateurs culturels, pour leur permettre de s'adapter aux mutations technologiques en cours et d'être encore présents demain.

 

 

Retrouver l'entretien de Francis Dannemark

Quel numérique ? "L'édition littéraire est quasiment en faillite"