La fusion entre W3C et IDPF est actée : l'EPUB embrasse le Web

Clément Solym - 08.11.2016

Lecture numérique - Acteurs numériques - fusion W3C IDPF - EPUB Internet interopérabilité - livre numérique consortium


Les membres de l’International Digital Publishing Forum ont assez largement validé le projet de réunion avec le World Wide Web Consortium. IDPF et W3C marcheront donc main dans la main, vers des lendemains qui chantent, avec des 0 et des 1.

 

Ivan Herman (W3C), Bill McCoy (IDPF) - EPUB Summit

Ivan Herman (W3C), Bill McCoy (IDPF) - ActuaLitté, CC BY SA 2.0

 

 

Le plan de réunion a été adopté à 88 % par les membres de l’IDPF, et son achèvement doit encore être finalisé, d’ici janvier 2017. 

 

« Il reste encore beaucoup à faire pour rédiger et mettre en place les documents finaux, nécessaires à la réalisation de la fusion envisagée, ainsi que pour entreprendre les autres activités transitoires », assure l’IDPF. 

 

« Nous espérons que tous les membres de l’IDPF ainsi que les autres membres de l’industrie, qu’ils soient ou non initialement en faveur de cette fusion, nous rejoindront maintenant et collaboreront pour maximiser le succès d’une communauté éditoriale considérablement accrue au sein du W3C. Et ce, afin d’avancer efficacement vers un réseau ouvert et accessible, un écosystème dans l’édition numérique interopérable. »

 

Le World Wide Web Consortium à la rencontre du livre numérique et de l’EPUB 

 

Ce rapprochement entre les deux entités sera par ailleurs au cœur des Assises du livre numérique qu’organise le Syndicat national de l’édition, le 16 novembre prochain. La journée aura pour thème « Le Web et les livres : Quand la communauté de l’édition numérique rejoint le World Wide Web Consortium » avec la participation de Jeffrey Jaffe, le PDG du World Wide Web Consortium.

 

« Le principal intérêt du W3C pour l’EPUB résidait dans la possibilité de réaliser des Portable Web Publications, autrement dit des exports hors ligne de pages web, mais il s’intéresse désormais à la mise en page et aux expériences du monde du livre », nous expliquait Laurent Le Meur, directeur technique de l’EDRLab, la filiale européenne de l’IDPF, à l’issue de l’EPUB Summit qui se tenait à Bordeaux, en avril dernier.

 

 

 

Un courrier envoyé entre les deux responsables soulignait : « Cela aboutirait à l’union de nos organisations respectives pour les futurs développements de l’EPUB et l’amélioration globale du Web pour la publication dans le cadre d’une activité relative à l’édition plus soutenue au sein du W3C. » 

 

L’un des grands enjeux sera de parvenir à mettre un peu d’ordre dans le monde de l’IDPF, soulignait Benoît Tariel, responsable de la diffusion numérique au sein du groupe Bayard. « [I]l faut savoir que la documentation IPDF n’est pas toujours accessible : il faut différencier les socles techniques : un EPUB peut marcher, suivant le code employé, en téléchargement, et pas en streaming. Finalement, l’IDPF a une vision assez idéaliste, dans la constitution d’une norme dont on ne sait pas si elle sera suivie, ni même utilisable.

 

C’est toute la différence avec le W3C [Consortium chargé de promouvoir la compatibilité des technos web, comme l’HTML5]. En établissant les normes HTML et CSS, le consortium ignorait le temps que les développeurs de navigateurs prendraient pour s’adapter. Mais à tous moments, W3C échangeait avec Chrome, Firefox ou Safari. »

 

Ce que l'on pourra assurément en attendre, c'est au moins un rapprochement des normes EPUB et W3C.