La Hadopi s'apprête à communiquer à coups de millions d'euros

Clément Solym - 08.06.2011

Lecture numérique - Acteurs numériques - hadopi - pub - campagne


Afin de promouvoir davantage l’offre légale de téléchargement tout en faisant prendre conscience à l’internaute des dangers pour la société de consommer de la culture illégalement, la Haute Autorité pour la Diffusion des Œuvres et la Protection des droits sur Internet s’apprête à lancer une campagne publicitaire de grande ampleur.

Entre le 13 juin 2011 et la mi-juillet, l’on verra, sur Internet, à la télévision et à la radio, naître cette campagne d’un coût de 3 millions d’euros. Elle va notamment permettre de promouvoir le tout nouveau label PUR, pour « Promotion des Usages Responsables » qui vient soutenir le développement d’une offre légale d’importance et de qualité. Le site Pur.fr rassemblera d’ailleurs les acteurs qui auront obtenu ledit label. Le site Numerama a d’ores et déjà mis en ligne les clips télévisés qui débarqueront à partir du 13 juin.

Quant au volet sanction, Le Figaro donne le chiffre de 400 000 premiers avertissements envoyés aux internautes depuis le lancement de la Hadopi, en automne 2010. On compte aujourd’hui 2000 envois de mails par jour quand la Haute Autorité en prévoyait 10 000. Ce serait un problème matériel qui serait à l’origine de cet important retard et un nouveau logiciel de traitement des données devrait bientôt permettre d’accélérer les cadences d’envois.

Pour ce qui est des procédures avancées, on compte 3500 internautes qui ont reçu la fameuse lettre recommandée pour récidive. Mais, ce n’est là que la deuxième étape du processus, avant la troisième qui prévoit une possible amende et la suspension de l’abonnement Internet.

En fait, on dénombre simplement moins d’une vingtaine d’internautes qui sont arrivés à ce niveau, sans être pour autant réellement inquiétés car ils mettaient en partage, parfois inconsciemment, des fichiers téléchargés il y a déjà des années lorsqu’ils se connectaient à un site de peer to peer. Un rappel à la loi simplement.