La lecture de livres sur tablette favorise l'apprentissage des tout-petits

Clément Solym - 15.06.2017

Lecture numérique - Usages - enfants lecture livres - parents ebooks apprentissage


Faire la lecture aux enfants est primordial, certes. Mais en cette période où le choix existe entre papier et numérique, les parents hésitent. Une récente étude les rassurera – ou non : il semblerait qu’il soit préférable d’utiliser une tablette qu’un livre imprimé pour les tout petits...


student_ipad_school - 075
Brad Flickinger, CC BY 2.0

 

Une étude menée auprès d’enfants âgés de trois ans et plus suggère en effet que les fonctionnalités enrichies des livres numériques exercent un pouvoir plus grand sur ces très jeunes lecteurs. Face à un livre d’images imprimé, et donc statique, la tablette offre des options de lecture et d’animation évidemment absentes chez son rival. 

 

Diffusée par Frontiers in Psychology, l’étude en question, menée par Gabrielle Strouse de l’université du Dakota du Sud, et Patricia Ganea à l’Université de Toronto, concernait 102 enfants, de 17 à 26 mois. 

 

Pour l’analyse, chaque paire parent-enfant a été recomposée au hasard, avec pour objectif la lecture de 10 pages d’un ouvrage numérique éducatif. Puis, de deux autres livres, disposant du même contenu, mais en format papier. Alors que l’adulte faisait la lecture pour l’imprimé, la tablette s’occupait de lire en mode automatique pour le numérique.

 

En analysant les vidéos de cette expérience, il apparaît que l’adulte faisait plus souvent référence à un détail dans la page avec l’imprimé. En revanche, c’est l’enfant qui réagissait plus avec le numérique : il semblait bien plus stimulé dans ce contexte de lecture. Toute l’étude, qui s’est opérée avec des iPads, suggère bien que les jeunes lecteurs ont besoin de faire moins d’efforts mentalement dans le processus d’apprentissage qu’avec l’imprimé. 

 

Gabrielle Strouse analyse : « Dans l’ensemble, il en ressort que les enfants étaient devenus très communicatifs, avec les appareils numériques, ce qui indique un intérêt dans le contenu qu’ils observent et leur désir de le partager. » Mieux encore : les enfants semblaient avoir mieux retenu certains éléments de la lecture – comme des noms d’animaux – voire en avaient appris d’autres qui leur étaient inconnus.

 

Pour les livres numériques, insiste la chercheuse, le choix portait sur des titres qui ne comportaient pas d’appel à l’action : juste de la musique, des animations autodéclenchées et des effets sonores.  
 

Les relations parents-enfants plus épanouies avec la lecture de livres papier


Pour les deux scientifiques, il convient donc de prêter une attention particulière : avec ce type d’ebook, plutôt standard, les stimulations viennent en complément de la lecture. Or, si les animations et enrichissements « n’attirent pas l’attention de l’enfant sur le contenu éducatif, en servant de soutien à l’approche pédagogique », alors ils sont inutiles. 

 

L’engagement ici est manifeste, et les enfants faisaient preuve d’une grande attention, autant qu’ils ont pu profiter de cette expérience de lecture. L’analyse fonctionnelle, leur « disponibilité pour la lecture », associée à des capacités d’apprentissage supérieures, pousse à enquêter plus encore, pour confirmer les conclusions formulées.