medias

La littérature érotique, toujours plus numérique

Clément Solym - 22.05.2012

Lecture numérique - Usages - littérature érotique - livres numériques - discretion assurée


Depuis des semaines, maintenant, la trilogie de E.L. James connaît un succès fantastique dans les librairies, mais également en version numérique, depuis sa commercialisation par l'auteure, alors autoéditée. Fifty Shades of Grey est également devenu un objet de vives discussions dans le monde des bibliothèques : les usagers veulent le lire, mais les bibliothécaires ne sont pas très chauds pour le proposer… Complexe.

 

Depuis avril et la publication en version poche par Vintage Books, outre-Atlantique, (filiale du groupe Knopf Doubleday Publishing), le livre se vend très bien. Et l'auteure britannique, encore inconnue quelque temps auparavant - sinon des aficionados d'ouvrages autoédités - est devenue une star. 

 

Dans l'alcôve des bibliothèques

 

Son livre raconte les relations sexuelles fantasques, pour dire le moins, entre un riche millionnaire et une étudiante, tous deux passablement versés dans le sado-maso, la domination, l'humiliation et autres petites formes de sport en chambre. De quoi faire dresser les cheveux sur la tête de responsables de bibliothèques, prétextant notamment que ce livre est tout simplement pornographique et qu'il ne rentre pas nécessairement dans le domaine des oeuvres à prêter. 

 

Sexy leg lamp

 

Pour Cathy Schweinberg, directrice de la bibliothèque Brevard County, la chose est entendue : « C'est très simple : le livre ne répond pas à nos critères de sélection. Personne ne nous a demandé de l'enlever de nos rayons. Mais nous en avons acheté quelques exemplaires et nous avons réalisé ce que c'était réellement. Nous nous étions penchés dessus, parce qu'il était classé en soft porn ou porno pour mamans. Nous ne prenons pas de porno. » (voir notre actualitté)

 

Dans le Wisconsin, les livres ne répondraient pas aux normes établies par la communauté. En Géorgie, les quinze établissements ont refusé tout bonnement de mettre les livres à disposition du public : la trilogie entre en violation de la politique des boutiques, qui refusent toute forme d'érotisme. Chapeau bas…

 

En toute discrétion...

 

Les opposants ont d'ailleurs trouvé une ligne de défense à toute épreuve : le livre n'est pas un classique, et si l'on trouvera bien Histoires d'O dans les rayons, c'est parce que le livre est un classique, lui. Le serpent s'étant bien mordu la queue, impossible donc pour E.L. James, de se faire un nom dans le panthéon des grands auteurs.

 

Et puis, il faut bien protéger les enfants contre ces oeuvres choquantes, aux contenus sexuels explicites, et diablement explicites. Quand bien même l'éditeur Random House, qui possède la maison Vintage, a diffusé un communiqué pour protester contre ces actes répétés de censure. « Nous nous opposons fermement à la censure littéraire et apportons notre soutien aux droits du Premier amendement de la constitution des lecteurs, à faire leurs propres choix », assure la maison. 

 

Pourtant, la demande ne cesse d'affluer de la part d'usagers qui, curieux, souhaitent découvrir ce qu'il peut bien y avoir dans ce texte qui provoque l'engouement des foules. Pour l'heure, l'éditeur n'a pas communiqué de chiffres de ventes pour la trilogie, mais assure que des millions d'exemplaires ont déjà été écoulés. 

 

L'engouement dépasse les frontières

 

Entre temps, Fifty Shades of Grey a donné des idées à une parodie, Hollywood a décidé de faire confiance pour l'adaptation sur grand écran… et motivé plus encore les ventes d'ouvrages érotico-coquins, qui assurent des ventes massives pour les éditeurs. Surtout en version numérique, puisque les consommateurs restent à l'abri de leur machine : même assise dans un parc, un maman peut jeter un oeil aux activités de ses enfants, tout en poursuivant de l'autre sa lecture emplie d'audaces…

 

Et les éditeurs se frottent les mains, évidemment. la fiction romanesque érotique enivre les esprits, et finira probablement par ne plus se cacher. Après tout, explique Sarah Wendell, du blog Smart Bitches and Trashy Books,  c'est une nouvelle image « plus positive de la sexualité féminine, où la femme est célébrée, au lieu d'être dénigrée, et explore les différentes pratiques sexuelles dans l'imaginaire des lecteurs, en toute sécurité et toute intimité ».

 

L'offre chez les éditeurs francophones

 

Dernièrement, ce sont les éditions Numeriklivres qui ont ouvert une collection SeXtasy. Christy Saubesty porte d'ailleurs un regard simple : « Le numérique est assurément une avancée énorme pour les lecteurs assidus et diversifiés dont je fais partie. En tant que “consommatrice” de textes numériques, je suis bien consciente de la chance que cela m'offre en tant qu'auteur. Le monde internet est immense, il n'a pas de frontière. Mes attentes restent plutôt raisonnables, je pense : réussir à faire passer un bon moment au lecteur et éventuellement, aider à temporiser une situation délicate (lire un texte érotique en couple peut apporter quelques bonnes surprises). »

 

De même, les éditions Dominique Leroy, depuis maintenant plus d'un an, proposent une collection E-ros et Bagatelles, des textes courts . « La littérature classique ne prédispose pas nécessairement à la lecture d'œuvres érotiques, c'est donc tardivement que ChocolatCannelle a pris en main des œuvres licencieuses. Depuis, elle en entrepose tant qu'elle peut dans ses bibliothèques et sur son disque dur... les lit, même ! et les chroniques. Rédactrice web pour Neoplaisir et Sensuelle, blogueuse plus que de raison, la cul-ture est son terrain de prédilection, qu'il s'agisse de sexualité, d'érotisme ou de pornographie, de textes, d'images ou d'objets vibrants. »

 

Bien entendu, impossible de passer à côté des éditions de la Musardine, qui ont récemment mis en place une offre de livres numériques, qui plus est sans DRM, pour le plus grand plaisir de tous. Une nouvelle érotique était même proposée au téléchargement, gratuit, pour faire découvrir les pratiques… de lecture. L'offre de la Musardine s'étoffe depuis le 1er janvier 2012.

 

« Quant aux chiffres de vente, le plus parlant est sans doute le pourcentage des ventes de livres en numérique par rapport à notre chiffre d'affaires édition global, à savoir 6 %. En 2011, nous avons vendu plus de 20.000 livres numériques (tous labels et tous réseaux de ventes confondus – Musardine, Media 1000, Dynamite), alors que nous ne diffusions nos livres qu'au seul format PDF. »

 

À signaler aussi, pour ceux qui veulent doucement redémarrer dans le sujet, le blog Livres érotiques gratuits, qui proposent plusieurs titres en numérique, de la littérature classique et libre de droit, à découvrir. Ou redécouvrir…




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.