La loi Gaymard sur les indisponibles dans la mare du Canard

Clément Solym - 25.01.2012

Lecture numérique - Acteurs numériques - oeuvres indisponibles - Hervé Gaymard - Canard enchaîné


C'est un vilain coup dans les orphelines que le Canard enchaîné porte aujourd'hui à travers un article signé Jean-Luc Porquet, avec ce bel intitulé : « A quel titre ? » 

 

C'est que le projet de loi permettant la numérisation de 500.000 oeuvres sous droit du XXe siècle, dites indisponibles, laisse sceptique le journaliste - et pour cause ! 

 

« Seul petit écueil : l'auteur », souligne le Volatile. Et pour cause : non seulement ce sera à lui de découvrir que son livre compte parmi les oeuvres numérisées, mais en plus, il devra apporter la preuve qu'il est bien le détenteur des droits, et que l'éditeur ne les possède plus. 

 

« Or, rares sont les auteurs qui se sont coltinés les fastidieuses démarches indispensables pour récupérer leurs droits sur un livre qui n'est plus en vente. »

 

 

Une manière, en effet, de lier, pieds, poings, et le reste, tout auteur à son éditeur, alors même que ce dernier pourrait « ne plus trop aimer son éditeur : celui-ci n'exploite plus son livre depuis des lustres, ne le réimprime plus, ne lui adresse plus la parole, etc. » De quoi donner envie de ne pas laisser numériser en rond, évidemment...

 

Et le journaliste de conclure : « Une fois de plus, celui qui rire les fruits de son travail n'est pas le travailleur (dans ce cas, l'auteur), mais le petit malin qui organise le système d'exploitation à son profit. »

 

On soulignera simplement que le journaliste passe sous silence la douloureuse, ô combien, question des oeuvres orphelines, et de la licence qu'il faudra payer pour y accéder - alors même qu'aucun auteur ni ayant droit ne percevra les redevances idoines...

 

Cela dit, il s'agit bien d'un autre problème d'auteurs, sauf que dans le cas des orphelines, si l'oeuvre est bien sous droit, personne ne sait à qui les payer...