Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

La plainte contre Apple, 'de l'herbe à chat pour l'Union européenne'

Clément Solym - 12.04.2012

Lecture numérique - Législation - ministère de la Justice - entente - Apple


Les différentes réactions des éditeurs concernés par la plainte que le ministère de la Justice montrent bien que la décision est lourde de conséquences. Entre Apple et les cinq groupes concernés, une possible entente sur la fixation du prix de vente des livres numériques pose de lourdes questions sur le futur marché du livre numérique. 

 

Entre temps, difficile pour Amazon de cacher sa joie de découvrir que, enfin, une concurrence sauvage et acharnée va pouvoir revenir et pourrir un secteur qui se développait à peu près sainement. 

 

A Lire : La Justice attaque, Amazon baissera le prix des ebooks

  

À ce titre, Gary Shapiro, président et directeur de la Consumer Electronics Association, vient de prendre à parti l'administration Obama. Car sous couvert de favoriser un ultra-libéralisme commercial, et finalement de promouvoir la libre concurrence, le DoJ va mettre à mal toute la manière dont l'industrie parvenait à se structurer. Et surtout, on voyait fondre la domination d'Amazon...

 

 

 

« La décision prise par le gouvernement américain de poursuivre les éditeurs de livres et Apple pour de prétendues violations de lois antitrust, sur le prix de vente des livres numériques, marque un autre jalon dans la triste guerre que notre gouvernement mène contre les entreprises américaines. Apple est un joyau sur la couronne américaine, que d'autres nations nous envient, mais notre propre gouvernement dirige une attaque ciblée contre elle, dans le domaine du livre numérique. »

 

Selon Gary Shapiro, la décision d'attaquer est par ailleurs surprenante. La dimension anticoncurrentielle est malvenue, puisque l'iPad et l'iBookstore ne représentent que 10 à 15 % des parts de marché pour le livre numérique. Et Apple, nouvel entrant sur le secteur, se voit ainsi pris de court, deux ans après avoir lancé ses services et appareils de lecture.

 

« Notre gouvernement devrait penser à la défense de nos entreprises de premier plan contre des attaques étrangères, plutôt que d'attaquer ces sociétés, que les gouvernements étrangers attaqueront par la suite. Les actions de notre gouvernement sont de l'herbe à chat pour l'Union européenne et d'autres gouvernements, qui cherchent à extorquer des sommes de la réussite des entreprises américaines. »

 

Une absurdité parmi d'autres, à laquelle des sociétés comme Google, Intel, Microsoft ou Qualcomm ont été confrontées. « Notre nation se dirige vers un gouffre économique, et l'administration pèse sur l'accélérateur de tout son poids, supprimant les airbags de l'innovation et de la croissance, qui sont nos meilleures chances pour éviter, en toute sécurité, une catastrophe économique. »