medias

La police grecque attaque un site de téléchargement, GreekDDL

Clément Solym - 11.04.2012

Lecture numérique - Législation - Grece - police - téléchargement


Le partage de fichier vient encore de s'attirer les foudres des autorités policières, qui, lundi, ont en Grèce mis en accusation le site Greek DDL, qui dispose d'une communauté de 500.000 utilisateurs. Selon les estimations de la police, ce sont près de 85 millions $ qui ont été générés avec les dons et annonces publicitaires, qui encadraient le site. 

 

Après la chute de Megaupload, la lutte contre les sites de partages illégaux de fichiers sous droit poursuit donc sa course. C'est la police grecque qui vient de se gargariser d'avoir épinglé les trois administrateurs du site Greek DDL. Une femme d'une quarantaine d'années et l'un des opérateurs du site ont été arrêtés suite à l'enquête ouverte. 

 

Le site, qui est hébergé aux États-Unis, est toujours accessible, au moins en partie. Mais les autorités sont particulièrement satisfaites de ce coup de filet, en regard de l'importance que le site avait en Grèce. En outre, plusieurs adresses, que ce soit à Athènes, ou dans le Thessalonique, ont pu être identifiées. 

 

 

 

Histoire de garder la mesure, et d'avoir quelques outils de comparaison, Torrent Freak rappelle que Megaupload aurait coûté aux ayants droit plus de 500 millions $, alors qu'il s'agissait du plus important des sites de téléchargement au monde. À mettre en relation, donc, avec les 85,4 millions estimés de GreekDDL.

 

Or, GreekDDL s'appuyait en grande partie sur le contenu de Megaupload, et avait souffert de la fermeture du site en janvier. Pourtant, durant ce seul mois, ce sont 220.000 € que les administrateurs auraient engrangé. Il semble par ailleurs que le site offrait un accès Premium payant pour les internautes, mais il n'est pas clairement établi que le montant à verser soit fixe pour ces derniers. Du côté publicitaire, les revenus liés aux annonces représentaient manifestement 40 % des revenus. 

 

La police grecque souhaite désormais mettre la main sur les deux autres administrateurs du site, dont l'un serait sous le coup d'une poursuite de la part des autorités suédoises, mais également d'Interpol. 

 

GreekDDL contient un catalogue de plusieurs centaines d'ebooks.