La politique de prêt d'ebooks se détend chez Penguin

Nicolas Gary - 28.03.2013

Lecture numérique - Lecteur eBook - prêt d'ebooks - Penguin - conditions commerciales


Dès la semaine prochaine, les bibliothèques partenaires de l'éditeur Penguin pourront profiter de nouvelles conditions commerciales pour l'achat de livres numériques. L'éditeur, qui compte parmi les derniers à avoir mis en place un programme de prêt pour les établissements, avec les acteurs 3M et Axis 360, vient de réviser les termes de sa politique... pour le meilleur et le pire.

 

 

 

 

Les nouvelles conditions seront disponibles dès le 2 avril pour les établissements de prêt, et offriront un fameux coup de pouce dans la constitution d'un catalogue. Du moins est-ce présenté ainsi. 

 

Aujourd'hui, les termes sont simples : un contrat de licence d'une année, chose qui ne change pas. En revanche, le prix d'achat des titres sera revu et corrigé. D'autre part, les nouveautés ne seront plus soumises à un délai de six mois avant d'arriver dans les bibliothèques. 

 

Ces conditions révisées ne sont pas faramineuses, mais les précédentes partaient de loin. L'American Llibrary Association précise pour sa part qu'elle continuera de travailler avec les éditeurs pour trouver les meilleures conditions économiques pour explorer et améliorer le prêt d'ebooks. 

  

C'est en citant des « problèmes de sécurité », et possiblement en raison de la facilité avec laquelle les usagers des bibliothèques peuvent transférer vers leur Kindle les ebooks empruntés à partir du logiciel OverDrive dans les catalogues des bibliothèques, que l'éditeur avait décidé en novembre 2011 de cesser la vente de titres numériques aux services de prêt.

 

Entre temps, la maison d'édition a changé de politique, et lancé finalement un an plus tard son programme pilote avec 3M Cloud Library, depuis évasé pour comprendre Axis 360.

 

Tandis que tous les membres du Big Si ont adopté leurs propres politiques, les observateurs du marché se demandent quelles conditions de vente de livres numériques aux bibliothèques seront adoptées par la nouvelle maison une fois la fusion entre Penguin et Random House effective. Car en effet, actuellement, si l'une des structures gonfle les prix des livres numériques, la seconde a opté pour la limitations de l'usage des ebooks destinés au prêt.

 

Maureen Sullivan, la directrice, doit mener des discussions en avril prochain avec différents éditeurs, pour enrichir l'offre et les conditions de vente. La réunion, prévue à New York, sera constituée d'une délégation de bibliothèques. Parmi les derniers réticents, le groupe Simon & Schuster, qui n'a toujours pas ouvert les vannes. 

 

Reste une question, pour le moins intéressante : les actuelles conditions posées par Random House sont assez complexes, et bien éloignées de celles que propose Penguin. Qu'en sera-t-il après la fusion des deux groupes éditoriaux ? 




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.