La politique sans DRM de Pottermore : la responsabilisation marche

Clément Solym - 04.12.2012

Lecture numérique - Usages - Pottermore - Charlie Redmayne - politique sans DRM


Le lancement de la plateforme Pottermore, destinée à commercialiser les livres numériques et audio de Harry Potter, mais également de centraliser les commandes, révolutionnait le monde du livre. Or, l'un des grands enjeux de cette plateforme reposait sur l'absence de DRM sur les fichiers numériques.

 

 

 

Le parallèle entre Radiohead et Rowling, ne manquait pas de sens : de même que les musiciens avaient décidé de quitter leur maison de disque, EMI, de même, Rowling conserve ses droits numériques, et fait le chemin toute seule. L'absence de DRM démontrait également une volonté d'ouverture, mais sans plonger dans la folie douce. 

 

En effet, Rowling choisissait le watermarking pour tracer les fichiers, reposant sur un principe simple : des données personnelles sont apposées sur le livre numérique, et l'on fait ainsi confiance au lecteur. S'il partage son fichier, on pourra le retrouver

 

Charlie Redmayne, le PDG de Pottermore, s'était déjà exprimé sur la question des DRM, évoquant la réaction des pirates de livres. « Ils ont dit "Hé mec, voilà un éditeur qui fait exactement ce que l'on demande : pas de DRM, de l'interopérabilité, un prix raisonnable. Et d'ailleurs, tu n'es pas au courant que ton fichier est watermarké ? Ils savent qui tu es !" Et puis le contenu piraté a commencé à être signalé par la communauté, avant même que Pottermore réagisse. » 

 

En somme, un élan de solidarité bien synchronisé. Mais à l'occasion de la conférence Futurebook, à Londres, ce même Charlie est revenu sur la question des DRM, évoquant le sujet pour défendre cette position Zéro-DRM. Les ebooks de Potter ont été vendus de la sorte pour assurer aux lecteurs de partager sans peine leurs ouvrages, tout comme c'est le cas dans le monde du papier. 

 

Et de fait, le piratage des titres serait en fait 25 % inférieur à ce qu'il était du temps où seuls les ouvrages papier de Harry Potter existaient. Les préoccupations de Redmayne ne se sont pas envolées pour autant. Cependant, une réalité se fait jour : les internautes sont responsabilisés et les acheteurs font attention à ce qu'ils font. 

 

Lorsque des ebooks de Potter se sont retrouvés sur des sites de partage, ils ont été rapidement retirés lorsque les utilisateurs-partageurs ont découvert qu'un filigrane numérique était intégré, permettant de tracer le parcours pour remonter jusqu'à l'utilisateur. 

 

Un outil dissuasif plus que tout autre, en particulier sir les éditeurs sont effectivement en mesure de saisir les responsables qui ont fait circuler le fichier. (via GoodeReader)

 

 

 




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.