La réalité augmentée envahit les livres

La rédaction - 12.04.2016

Lecture numérique - Acteurs numériques - réalité augmentée - livres lecture


La réalité augmentée est au cœur de toutes les innovations technologiques récentes. Pour reprendre une définition basique d’un concept complexe, la réalité augmentée recouvre l’ensemble des systèmes informatiques qui permettent la superposition de modèles virtuels 2D et 3D à la perception que nous avons de la réalité, via nos cinq sens. Ce n’est pas la réalité qui est augmentée, mais bien notre perception de celle-ci. La réalité augmentée touchait jusqu’alors principalement le jeu vidéo (jeux de tir, jeux de simulation avec des drones…), le cinéma (les fameuses lunettes 3D), la télévision ou nos applications sur Smartphone (analyse intelligente de la rue dans laquelle nous évoluons, simulateur de maquillage…). Peu à peu elle commence à conquérir de nouveaux terrains et des domaines aussi divers que variés : l’industrie, le médical ou encore… le livre. 

par Mathilde de Chalonge

 

Army Photography Contest - 2007 - FMWRC - Arts and Crafts - Eye of the Holder

us army, CC BY 2.0

 

 

La Réalité augmentée dans le domaine de l’édition 

 

Un des premiers « livres » numériques à réalité augmentée était en fait… un catalogue Ikea ! En 2014 le vendeur de meubles le plus célèbre proposait d’aménager son intérieur de manière interactive en faisant apparaître chez soi plus de 400 de leurs produits ! 

 

La réalité augmentée s’installe progressivement dans le domaine de la presse et de l’édition depuis deux ans environ. Les éditeurs et entreprises spécialisées dans les nouvelles technologies multiplient les recherches pour proposer une nouvelle expérience de la lecture et s’adapter aux lecteurs de demain. Aujourd’hui il existe plusieurs manières d’enrichir un livre et il n’y a aucun modèle défini qui s’impose : beaucoup s’essayent, chacun bricole un livre à réalité augmentée à sa façon avec des résultats plus ou moins concluants.

 

L’éditeur Nathan a été un précurseur du genre. Il propose une version augmentée de sa collection Dokeo, encyclopédies de sciences naturelles qui permettent d’appréhender et de réaliser des expériences chez soi ou à l’école, comme si c’était « vrai ». 250 objets sont expliqués : « Plus besoin de désosser le grille-pain pour comprendre comment le toast saute une fois qu’il est doré ! » nous promet l’éditeur scolaire. Grâce à un ordinateur, un logiciel et une webcam, les encyclopédies thématiques s’animent de vues 3D : dinosaures et hélicoptères fusent sur l’écran.

 

Les recherches vont également du côté du roman et notamment de la science-fiction : la réalité augmentée permet de créer une ambiance fantastique et numérique. Marius Hugli et Martin Kovacovsky ont déployé avec leur adaptation de Mr Jekyll & Dr Hyde un univers angoissant grâce aux animations effrayantes qui prennent vie sur l’écran d’ordinateur à mesure que l’on tourne les pages du livre papier.

 

Des start-ups naissent et viennent en support des éditeurs pour leur proposer des solutions de réalité augmentée. Etoile Imprim, l’Apprimerie ou encore Les Videoéditeurs développent une expertise spécialisée en édition numérique enrichie et co-créent des livres avec des éditeurs plus traditionnels pour aboutir à un produit de qualité. En effet, la réalité augmentée est en dehors du domaine de compétence des éditeurs : elle nécessite un accompagnement pour devenir véritablement pertinente et trouver un marché.    

 

Jusqu’à très récemment, l’édition à réalité augmentée restait encore confidentielle pour, notamment, deux raisons : son secteur est lié à la littérature jeunesse et la technologie demandait qu’on couple un écran (ordinateur, tablette, smartphone) à un livre ou support-papier pour qu’elle s’actionne. La réalité augmentée requiert souvent en plus l’installation d’un logiciel ou d’un pluggin, de quoi réfréner les envies de numérique.

 

shadow surpasses substance

Leonard J Matthews, CC BY ND 2.0

 

 

Pourrait-on imaginer un livre papier à réalité augmentée qui intègre en lui-même cette technologique, c’est-à-dire un livre papier à réalité augmentée autosuffisant ? 

 

Des technologies qui vont plus loin

 

Les plus grandes révolutions sont en cours. Aujourd’hui deux entreprises tentent de renverser les codes et de refonder l’usage du livre papier : Sony et Google. 

 

Au Salon SXSW (le festival de musique South by Southwest) qui se tenait du 11 au 20 mars dernier à Austin, Sony a fait la démonstration d’un prototype, issu de sa branche R&D Future Lab qui transforme une surface place en table interactive ! La technologie utilise des capteurs qui détectent tout objet posé sur la surface plane. Imaginez désormais que la surface plane s’appelle en fait un livre et vous pouvez vous figurer les innovations extraordinaires qui nous attendent. Sony s’est servi du livre pour enfants Alice au Pays des Merveilles pour présenter son prototype : en quelques secondes les personnages de Lewis Carol prenaient vie, simplement en touchant l’album.

 

En effet les projections sont tactiles : les illustrations numériques superposées aux illustrations du livre papier se déclenchent au gré des manipulations et des envies du lecteur. Pour le moment l’entreprise n’a pas annoncé de date de commercialisation, mais on se doute bien que ces innovations devraient trouver preneur, au moins dans le monde de la littérature jeunesse et de l’éducation dans un premier temps.  

 

 

 

 

Le géant Google souhaite lui aussi s’attaquer au marché de la réalité augmentée s’appliquant aux livres papier. L’entreprise va plus loin que son concurrent puisqu’elle vient de déposer deux brevets pour s’arroger le monopole du livre hybride, à la fois papier et numérique. Depuis le lancement de Google Livres il y a plus de dix ans, Google s’intéresse au marché de l’édition et souhaite le conquérir. Premier acteur de la réalité augmentée avec ses Google Glass, on a fort à parier de la solidité du projet.

 

Le premier brevet décide de doubler livre papier et livre numérique : chaque livre serait accompagné d’un écran. À chaque page du livre papier se superposerait une version numérique : rien de nouveau sous le soleil, toutefois la force de frappe de Google pourrait populariser ce qui se fait déjà de manière confidentielle. 

 

 

Le deuxième brevet voit plus loin et notre technologie actuelle ne permet pas encore son déploiement, cependant cela peut nous donner une idée de ce à quoi l’univers du livre ressemblera dans une dizaine d’années. Le livre à réalité augmentée ressemblerait à nos albums d’enfance dépliables : le livre pop-up. Des capteurs tactiles seraient insérés dans les pages du livre papier : le fait de tourner la page actionnerait l’affichage d’images numériques en surimpression grâce au projecteur intégré dans le livre. À l’expérience tactile s’ajouterait une expérience auditive puisqu’un haut-parleur serait dissimulé dans la tranche du livre. 

 

 

 

Peu à peu il semblerait qu’on puisse aboutir à une expérience sensorielle complète. Pourra-t-on bientôt enfiler un casque de réalité virtuelle et être plongé dans l’univers du livre au fur et à mesure de notre lecture ? Les diffuseurs sensoriels vont-ils s’ajouter (imaginez un peu le livre de cuisine !) aux projections visuelles ? Grâce au développement des objets connectés, c’est peut-être toute la maison de demain qui deviendra le décor de nos lectures : des ambiances sonores et graphiques pourraient se propager dans la pièce. 

 

Ainsi, nous avons toutes les raisons de croire que la « lecture augmentée » va dépasser le simple cadre de l’édition jeunesse et sortir de son statut confidentiel. Bien sûr, cela ne se fera pas du jour au lendemain et la technologie doit encore se parfaire pour être commercialisée à des coûts abordables. Mais souvenez-vous, il y a dix ans le smartphone n’existait pas : des bonds de géants sont possibles et rapidement réalisables. Que nous réserve la décennie à venir ?  

 

 

 

 

En partenariat avec Allbrary