La République de Cuba s'ouvre timidement à la lecture numérique

Julien Helmlinger - 23.02.2015

Lecture numérique - Usages - Cuba - Salon du Livre - La Havane


La République de Cuba fait actuellement partie des territoires possédant parmi les plus faibles taux de connectivité à internet à travers le monde. Si l'État insulaire n'est donc pas prêt à se changer en société hyperconnectée, il s'ouvre toutefois timidement aux technologies numériques. Alors que se tient jusqu'au 22 février le Salon international du Livre de La Havane, on y trouverait plus de 2000 livres à vendre, non sans ebooks et audiobooks.

 

 

 

 

Selon le vice-président de l'événement, Edel Morales, les maisons d'édition cubaines ont mis en vente plus de 2000 publications sur le Salon, dont 854 nouveaux titres, pour un nombre d'exemplaires imprimés tournant globalement autour de deux millions. Au total, la manifestation accueille 199 exposants en provenance de quelque 31 pays, notamment Argentine, Colombie, États-Unis, Mexique, Venezuela, Chili et Inde.

 

Une soixantaine de titres numériques y est offerte en supplément multimédia lors de l'achat de CD ou de DVD, mais la lecture numérique ne se limite pas à ce type de package. Les ebooks disponibles couvrent divers registres, allant des classiques de la littérature mondiale, en passant par l'économie et sans faire l'impasse sur les recettes de cuisine, ou encore une anthologie de textes érotiques par divers auteurs.

 

Un rapport de International Telecommunications Union, datant de 2013, estimait à 3,4 % le taux de population cubaine connectée à internet, et pour cette 24e édition annuelle, le Salon entendait proposer de nouveaux formats de lecture à son public. On comprend donc que les offres cumulant un produit physique avec de la lecture dématérialisée doivent remédier aux difficultés de distribution numérique du moment.

 

Sur 175 maisons d'éditions cubaines au total, 45 % publieraient des contenus numériques, d'après Wally Thompson qui dirige l'agence locale en charge de répertorier les ISBN. Ce chiffre serait toutefois en nette progression en comparaison au taux de 20 % relevé les années précédentes. Les Cubains s'équiperaient progressivement en appareils de lecture, parfois envoyés depuis l'étranger par les proches.

 

La demande en livres numériques se fait donc ressentir et les lecteurs cubains se fournissent comme ils peuvent, y compris par les offres informelles. Cette situation évoluera peut-être en marge du dégel diplomatique et économique avec les États-Unis, mais il reste à voir si une offre légale sera tarifée à un prix abordable pour une population cubaine dont le salaire moyen est d'environ 20 $ par mois.