La semaine de Numerama : Skype, Loppsi et piratage (35)

Nicolas Gary - 17.03.2013

Lecture numérique - Usages


Semaine chargée dans le petit monde du numérique ! Dans cette revue de presse en partenariat avec ActuaLitté, on apprend que la Loppsi ne peut pas donner son plein potentiel, tandis que Skype est menacé par l'Arcep pour rendre son service écoutable par les forces de l'ordre. Ailleurs, la CEDH a rejeté l'action de The Pirate Bay, l'offre légale est plus que jamais invisible sur Google et le moteur de recherche a décidé de tuer Reader. Quel programme !

 

 

Lundi :

Votée il y a trois ans, la loi Loppsi autorise l'interception des communications de suspects dans le cadre d'une procédure judiciaire. Or, le logiciel dédié à cette tâche serait légalement inutilisable. La raison ? Le mouchard informatique n'aurait pas reçu l'homologation adéquate de la part du ministère de l'intérieur. Une négligence difficile à croire, tant l'oubli est grossier.

 

 

Mardi :

Skype est-il un opérateur de communications électroniques, au sens de la législation française ? Oui, dit l'Arcep. Le régulateur des télécommunications a donc décidé de saisir la justice au motif que le logiciel se rend coupable d'une infraction pénale en ne se déclarant pas sous ce statut. L'enjeu est de taille : si Skype accepte, il devra autoriser la police française à procéder à des écoutes.

 

 

Mercredi :

C'est un coup dur pour les anciens responsables de The Pirate Bay. La Cour européenne des droits de l'homme a considéré le recours déposé par Peter Sunde et Fredrik Neij irrecevable. À l'unanimité, les juges ont estimé que l'atteinte au droit à la liberté d'expression s'est justifiée lors de la mise en balance des autres intérêts en jeu. La décision est définitive et irrévocable.

 

 

Jeudi :

Afin de combattre efficacement le téléchargement illicite, les ayants droit doivent améliorer et diversifier l'offre légale. Mais encore faut-il que celle-ci soit visible ! Une étude réalisée dans le cadre des missions de la Hadopi révèle que le référencement des sites labellisés est catastrophique. Ces plateformes sont très mal positionnées sur Google et Bing lors de certaines requêtes très populaires.

 

 

Vendredi :

La nouvelle en a surpris plus d'un. Google a décidé de tuer Gogole Reader, au motif que son usage a décliné au fil des années. Le service fermera définitivement ses portes le 1er juillet prochain. Ses concurrents sont désormais sur la brèche pour tenter de récupérer les futurs orphelins de Reader. Plusieurs sociétés se sont d'ores et déjà manifestées et tentent de les séduire.

 

C'est tout pour aujourd'hui. Rendez-vous dans une semaine pour la suite !