Levée de fonds de 310.000 euros pour Booxup, appli d'échange de livres

Antoine Oury - 07.09.2015

Lecture numérique - Applications - Booxup - échange de livres - application


L'application Booxup, dont la première version est disponible depuis le Salon du Livre de Paris 2015, annonce une levée de fonds de 310.000 € auprès d'investisseurs européens, majoritairement français. Booxup, « Airbnb des bibliothèques », propose à ses utilisateurs d'enregistrer leur bibliothèque personnelle et de consulter celle des autres, pour s'échanger et se prêter des livres en toute convivialité.

 

Robin Sappe et David Mennesson (Booxup) - Salon du Livre de Paris 2015

Robin Sappe et David Mennesson, cofondateurs de l'appli, au Salon du Livre de Paris 2015

(ActuaLitté, CC BY SA 2.0)

 

 

« Les gens ont tous un budget livre, et tous ont envie de lire. Mais ce budget est plus ou moins limité : certains ont envie d'acheter 10 livres à la Fnac, mais la facture monte facilement au-dessus des 100 € », nous faisait remarquer David Mennesson, cofondateur de Booxup, lors du dernier Salon du Livre de Paris. Convaincus que le prêt de livres papier était loin d'avoir rendu l'âme, les fondateurs en ont fait le moteur de leur application, disponible sur iOS.

 

« 310.000 €, c'est un montant assez lambda en matière de premier tour de financement, qui aboutit à des levées entre 200 et 300.000 €. C'était notre objectif, et nous l'avons atteint » se félicite David Mennesson, contacté par ActuaLitté. Une réussite, d'autant plus que le secteur du livre n'est pas le plus innovant, même au sein de la FrenchTech.

 

La levée de fonds va évidemment permettre de développer la version 2 de l'application : « Cette dernière va véritablement lancer le produit, qui sera beaucoup plus "commercial", c'est-à-dire plus compréhensible pour le grand public, plus ergonomique, plus incitatif, avec un système de notifications plus poussé... » Bref, il y a de quoi faire : 60 à 70 % de la somme seront consacrés aux développements, et le reste pour du marketing. Une version Android entrera en développement dès qu'une masse critique d'utilisateurs sera atteinte.

 

L'application rassemble désormais 10.000 utilisateurs, principalement francophones même si Booxup est disponible à l'international. La société a organisé une rencontre « dans le monde réel » récemment, sur le modèle d'Instagram à ses débuts. « Contrairement à ce que l'on peut entendre ou lire, les gens aiment se retrouver avec la technologie : Booxup donne accès à la plus grande bibliothèque du monde, et nous voulons inciter à ses mécaniques vertueuses d'échanges en les suscitant in vivo, si je puis dire », poursuit David Mennesson.

 

Une seconde levée de fonds est d'ores et déjà prévue, d'ici 12 à 18 mois. Car les projets se bousculent, notamment celui d'une plateforme de diffusion de livres papier, puisque l'édition fait partie des statuts de la société Booxup. « Nous voudrions distribuer des livres papier gratuits sur notre site, où seuls les frais de port seraient payants. Auteur et imprimeur seraient payés, bien sûr », précise le cofondateur de Booxup. « Et nous ne nous interdisons pas le livre payant, avec des frais de distribution réduits. Ce qui nous semble important, c'est que l'auteur soit mieux payé. »

 

Comme ils nous l'avaient déjà expliqué au Salon du Livre de Paris, le tarif du livre a en effet motivé la création de Booxup : « Notamment le prix du livre papier, incompréhensible : il ne coûte pratiquement rien à imprimer, mais l'auteur est celui qui touche le moins sur le prix, que se partagent de manière obscure le distributeur, le diffuseur et l'éditeur. » Plusieurs auteurs se sont d'ailleurs rapprochés de la société, intéressés par sa vision de la diffusion du livre.