La stratégie d'Apple pour se relancer dans le marché du livre numérique

Clément Solym - 25.01.2018

Lecture numérique - Acteurs numériques - apple ibooks ebooks - application lecture ebooks - Amazon Apple ebooks


Chat échaudé craint l’eau froide, mais Apple est un peu comme la mule du pape. Pour preuve, bien qu’elle ait écopé d’une amende de 450 millions $, la firme de Cupertino veut se relancer dans le commerce de l’ebook. Reconnue coupable d’entente sur le prix de vente des livres numériques, l’entreprise n’a pas dit son dernier mot.


Day 125 / 365 - iPad ebook demo at Web 2.0 Expo SF 2010
Anita Hart, CC BY SA 2.0
 

 

Le Département de la Justice américain avait tranché : le contrat d’agence signé entre l’iBookstore d’Apple et les éditeurs américains étaient hors la loi. Les seconds s'acquitttèrent bien vite d'une amende pour éviter le procès ; Apple partit au charbon. Et prit 450 millions $ d'amende. Et comme ces éditeurs avaient généralisé ledit contrat à l’ensemble des revendeurs, l’ensemble des consommateurs américains qui se trouvait lésé. Amazon remportait alors une triomphante victoire : le prix des livres numériques était de nouveau libéré et sortait du carcan d’un tarif peu ou prou fixé par les éditeurs.

 

Durant deux ans, la firme de Jeff Bezos a pu jubiler, mais, désormais, Apple entend revenir dans l’arène. C’est l’application iBooks, permettant la lecture et la vente d’ebooks (et d’audiobooks), qui était au cœur de la stratégie de Steve Jobs. Ce sera de nouveau iBooks qui servira les intérêts de l’entreprise. Et justement, un ancien responsable d’Amazon vient d’être engagé pour repenser l’application.

 

Mettre en valeur les livres en cours de lecture, changer la librairie pour lui conférer une interface plus proche de celle de l’App Store, ou encore ouvrir une section dédiée au livre audio : les travaux ne manquent pas. L’information intervient alors qu’une mise à jour de iOS, 11.3, a été diffusée ce 24 janvier. 

 

L’arrivée de Kashif Zafar, ancien vice-président d’Audible, le service audiobooks d’Amazon, ne peut de toute manière pas être un hasard. Auparavant, ce dernier avait eu en charge le développement de la division lecture numérique de Barnes & Noble. Et comme le grand manitou, Tim Cock, a promis que les services rapporteront 50 milliards $ d’ici 2021 à Apple, contre 20 milliards l’an passé, la pression est forte sur les équipes.

 

Le commerce des ebooks, dont Apple s’était quelque peu éloigné, et des audiobooks, en revanche jamais lâché, apporterait des sources de revenus appréciables. Pour preuve, Google vient tout juste de mettre à jour l’offre de son ebookstore, en élargissant ses services à la vente de livres audio. Pour autant, renverser la tendance et le rythme qu’impose Amazon ne sera pas une mince affaire.


 

Le géant du commerce en ligne disposait, début 2017, de 83 % du marché du livre numérique, contre 74 % en octobre 2015 – analyse avancée par AuthorEarning, qui suit les ventes des auteurs et des éditeurs. Depuis le procès qui avait ravagé l’édition en 2012, des bits ont coulé sous les bridges. Maintenant que l’appli iBooks doit plus sobrement être rebaptisée Books, peut-être Apple entend-il ouvrir les vannes...

 

Mise à jour : 6 février

 

La seconde version beta de MacOS High Sierra, version 10.13.4, renomme l’application iBooks en tout simplement Books

 




Commentaires

Cet article est quasiment incompréhensible, est-ce dû à une traduction automatique? Très décevant de la part d'Actualitté

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.