medias

La tarification de l'ebook : 4,99 $, prix moyen accepté

Clément Solym - 04.12.2012

Lecture numérique - Législation - FutureBook - Conférence - Tarification


Hier matin à l'occasion de la troisième conférence annuelle FutureBook, initiée par The Bookseller et sponsorisée par Ingram, Nielsen, Kobo, YUDU et Atwood Tate, la tarification du livre numérique s'est invitée au coeur du débat. Un échange passionné, mais toutefois courtois, tandis que les différents acteurs ont montré des désaccords quant aux facteurs conditionnant l'ebook et son prix, comme le rapporte Good e-Reader.

 

 

Tout d'abord a été évalué l'impact sur la question de la tarification, qui découle de l'enquête menée parmi les éditeurs du Big Six par le Department of Justice, au sujet de la violation de la législation antitrust.

 

Il en ressort que les éditeurs seraient désormais atteints de frilosité en matière de fixation de prix, de peur de se situer trop bas et y perdre de l'argent ou de se positionner trop haut et se faire accuser d'entorse aux lois de la concurrence.

 

La notion de juste prix du livre numérique, pour garantir une vente efficace, a également divisé les intervenants. Il y a ceux qui pensent que l'ebook devrait nécessairement coûter moins cher que son pendant papier, ou ceux qui s'intéressent à la question de valeur ajoutée...

 

La pratique de tarifer les livres numériques au rabais, comme pour les titres commercialisés à moins d'un dollar tout particulièrement, a été pointée comme un danger potentiel pour les ventes.

 

Certains panélistes se sont mis au diapason, en admettant que le prix de 4,99 dollars constitue une juste tarification pour les auteurs débutants ou peu vendus, tandis qu'ils verraient le prix revu à la hausse pour ce qui concerne les best-sellers.

 

Prenaient notamment part au débat : Michael Tamblyn de Kobo, Paul Rhodes d'Orb Entertainment, Eloy Salsot de HarperCollins, Rachel Wilmer de Luzme.com, ou encore Orna Ross de The Alliance of Independent Authors...