Laurent Margantin lance sa webliothèque, du texte en libre accès

Julien Helmlinger - 19.03.2014

Lecture numérique - Acteurs numériques - Webliothèque - Laurent Margantin - Lectures contemporaines


Sur le site de sa revue en ligne, Oeuvres Ouvertes, l'écrivain numérique Laurent Margantin a créé ce qu'il appelle sa webliothèque : un espace dédié à la lecture en accès libre. On y retrouve pour l'heure sa traduction du Journal de Franz Kafka, des oeuvres du domaine public ainsi que des textes contemporains, des récits courts remarqués lors des disséminations de la web-association des auteurs. Son idée, constituer une bibliothèque en réseau ouvert, qui permettrait aux découvertes du web de circuler librement avec l'accord de leurs créateurs.

 

 

 

 

Quand il était au lycée, son argent de poche ne permettait pas à Laurent Margantin de se payer tous les bouquins qu'il aurait souhaités, aussi il s'est rapidement pris d'affection pour nos amies les bibliothèques auxquelles il serait resté très attaché, confiait-il dernièrement à Serge Bonnery de la web-asso des auteurs. Ajoutant : « Des jeunes qui ne peuvent pas ache­ter de livres ni d'ebooks, il y en a, et beau­coup de gens au chô­mage et au SMIC qui ont tout juste une connexion inter­net. La weblio­thèque, est avant tout basée sur l'idée de don­ner à lire, d'offrir des textes qui me sont chers. »

 

À partir de ce constat, et de l'autre qui veut que le numérique change nos habitudes, il se sera tourné vers son concept. Laurent Margatin imagine que les blogs, qui foisonnent à travers le web, pourraient héberger des contenus numériques plus conséquents, comme des ebooks en formats EPUB, PDF ou autres, qui seraient accessibles gratuitement pour tous. Ainsi, chaque auteur de blog pourrait transformer sa page en « cabinet de lecture », partageant ses propres découvertes avec la communauté de ses visiteurs, qu'elles soient issues du domaine public ou propriété de créateurs contemporains et consentants.

 

Une webliothèque serait finalement une sorte de bibliothèque numérique. Elle se singulariserait par le fait que ce sont ses lecteurs et ses auteurs qui seraient en charge de la créer par eux-mêmes avec des outils de base. Son créateur l'entend comme un lieu d'échange et de partage de textes qui se situerait hors de toute emprise commerciale, et ne nécessiterait pas de téléchargements préalables aux lectures. 

 

Une affaire à suivre, surtout pour les amateurs de littérature germanique, tandis que le webliothécaire annonce, à raison de 2 publications hebdomadaires, la mise en ligne de nouveaux écrits de Kafka, Sweig ou Novalis, entre autres contemporains, ainsi qu'un texte de son ancien professeur de philo au lycée de Cergy, Marc Bonneval. Laurent Margantin promet que des informations seront régulièrement mises en ligne, que ce soit sur son blog ou par le biais du fil Twitter @webliotheque.