Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Le catalogue Kindle augmente, pas la rémunération des auteurs

Clément Solym - 01.03.2012

Lecture numérique - Acteurs numériques - Amazon - Kindle lending library - rémunération


Si les success-kindle-stories d'auteurs pleins aux as du jour au lendemain grâce à la bibliothèque de prêt Kindle n'en finissent pas de pleuvoir (voir notre actualitté), il ne fait aucun doute qu'Amazon reste totalement maître de son catalogue et des revenus qu'il accorde aux auteurs. Lancée en novembre 2011, la bibliothèque propose désormais 100 000 titres en location. Mais les rémunérations des auteurs, elles, ne progressent pas d'un iota.

 

Chez Amazon, on se passe allégrement de la pommade dans un communiqué de presse qui vante les « 100 000 livres accessibles gratuitement » de la bibliothèque de prêt pour les possesseurs de Kindle. À ce jour, 1 million de titres auraient été empruntés, permettant aux auteurs participant à l'opération de prêt de recevoir 1,8 million $ de royalties.


 

 

Si l'on ne peut que reconnaître le succès de la bibliothèque de prêt, il faut néanmoins garder un oeil sur la rémunération des auteurs : en décembre 2011, celle-ci était fixée à 1,70 $ par emprunt, un chiffre revu à la baisse dès janvier pour atteindre 1,60 $. 

 

Une dégradation qui laisse songeur après les annonces dithyrambiques de la société, qui reste d'ailleurs plus discrète sur le montant des fonds alloués à son programme de prêt : d'après Amazopia, les chiffres communiqués par Amazon dans un email à ses partenaires font état d'un montant de 700.000 $ en janvier, qui se transforme en 600.000 $ en février. 

 

Opération du saint-e-prix ou simple allégement des rémunérations pour les auteurs participants au programme ? The Digital Reader n'y va pas par quatre chemins : « Si vous êtes un auteur envieux du succès de quelques uns, ne soyez pas trop présomptueux. À moins qu'Amazon n'augmente significativement la réserve d'argent de son programme, la part de chaque auteur sera probablement revue à la baisse d'un mois à l'autre. »