Le coeur de métier d'éditeur, c'est de fédérer une communauté (Bob Stein)

Clément Solym - 12.10.2011

Lecture numérique - Usages - Francfort - Bob Stein - editeurs


Si l'industrie a encore de belles années de papier à venir devant elle, comme l'a assuré hier le directeur de l'organisation allemande, regroupant libraires et éditeurs, le livre numérique est bel et bien au centre des intérêts de la Foire de Francfort.


Pourtant, le passage de la feuille à l'écran resterait, selon Bob Stein, un moment mineur dans l'histoire du livre, à l'occasion de la conférence Tools of Change. C'est que la véritable transition se déroule maintenant : non plus des livres homothétiques, numérisés depuis des oeuvres premières de papier, mais bien la constitution d'ouvrages « réseau », associant les atours du net. L'arrivée du format EPUB 3 n'est évidemment pas étrangère à cette vision des choses.

 

Pour autant, l'enthousiasme de l'an passé autour de la commercialisation et du marketing du livre numérique semble retomber. Cependant, l'époque est grandiose, et « aussi éffrayant que cela puisse être », nous nous dirigeons vers un changement aussi radical que possible.

 

Selon l'image de Stein, le livre numérique était une casserole pleine d'eau, mise sur le feu. Jusqu'à maintenant, on sentait les frémissements, mais bientôt, l'ébullition arrivera, on la vapeur sortira...

 

Co-directeur de l'Institute for the Future of the Book, Bob Stein envisage avant tout le livre numérique comme un espace d'échange, et pour lequel les réseaux sociaux représentent une immense force.

 

Le futur du livre, il le voit dans des navigateurs web, alors que les actuelles applications de lecture « reproduisent les choses tristes du monde de l'impression ». Il encourage à ouvrir les lignes, et regrouper les lecteurs dans des espaces d'échanges - estimant que la compétence première pour un éditeur doit désormais est de fédérer des communautés.

 

« Alors que la valeur des contenus approche de zéro, les gens vont payer pour un contexte et une communauté », explique Stein. Prenant l'exemple des manuels scolaires, il envisage un service basé sur des heures de tutorat gratuites, mais créant déjà un ensemble de personnes. Doux rêveur...

 

Car d'un point de vue plus concret, Mitch Joel, expert en marketing numérique, pointe que les consommateurs vont aujourd'hui plus vite que les marketeux. Les attentes sont toujours plus grandes, et parmi les impératifs, la connexion entre auteur et lecteur se fait pressante. On retrouve donc l'idée de communauté et de liens à mettre entre les gens, soutenue par Stein - qui cependant souhaiterait que s'élaborent des interactions réelles entre personnes réelles.

 

Dans tous les cas, la pire des options serait celle d'attendre et de croiser les bras, pour voir ce qui se passe...

 

Rappelons que IF:Book devrait avoir un petit frère en France prochainement, L'institut pour le future de la lecture et de l'écriture.