Le CzurTek, scanner personnel, bientôt dans les foyers

Nicolas Gary - 28.12.2015

Lecture numérique - Acteurs numériques - CzurTek scan - vidéoprojecteur - appareil photo


Apparu sur les radars au mois de novembre, le scanner CzurTek, ou Czur de son petit nom, était soumis au financement participatif à travers Indiegogo. Depuis ce 7 décembre, la campagne est non seulement achevée et atteinte, mais l’objectif surtout pulvérisé : partant d’un montant de 20.000 $ à atteindre, ce sont 686.796 $ qui ont été récoltés. 3247 % de réussite, voilà qui n’est pas banal.

 

 

 

Inutile de gloser sur la réussite de la campagne : on peut en revanche rappeler que la machine promet de numériser 300 pages en moins de cinq minutes, et que le produit, initié par une société chinoise, était vendu pour moins de 200 $. Pour le grand public, le prix au détail sera de 400 $. Les dates de livraisons pour celles et ceux qui ont soutenu la campagne de financement tournent autour du mois de janvier/février, selon les engagements pris.

 

Notons que le pack de 10 scanners a été commercialisé – 2790 $ malgré tout – et que la firme Shenzhen ne devait pas trop être inquiétée de son devenir. En effet, à 17 jours de la fin de la campagne, plus de 248.000 $ avaient été récoltés. 

 

Selon ses créateurs, le CzurTek est « le premier véritable scanner intelligent... Il peut facilement numériser des livres, et se connecter en WiFi. Czur est plus rapide que tout autre scanner au monde, et sert également de vidéo projecteur ». Grâce à une pédale reliée au scanner, l’opérateur peut capturer les pages d’un livre rapidement, et les transférer au logiciel de numérisation et correction. 

 

 

 

Son principe est de capturer deux pages d’un seul coup de photos, et de modifier automatiquement, par son logiciel, les traces fantômes qui sont apparues. Il se sert, pour ce faire, d’un appareil photo Sony captant les images en 16 Mpixels (résolution de 4608×3456), puis transfère les pages dans un cloud. 

 

En tout, 2789 personnes ont pris part à cette opération de commercialisation, soit un investissement moyen de 246 $. En regard du succès rencontré, peut-on en déduire le prix moyen pour un scanner grand public, destiné à numériser une partie de la bibliothèque que l’on souhaite archiver ?

 

Seul regret : si la campagne avait dépassé 1,5 million $, la société promettait d’envoyer une cinquantaine de ses machines dans des écoles chinoises et américaines. Rendez-vous pour la version 2...