Priver les parents de tablettes pour les obliger à lire des livres papier

Clément Solym - 13.10.2014

Lecture numérique - Usages - enfants lecture - livres numériques - parents tablettes


Le moment des lectures de chevet reste crucial tant dans la relation de l'enfant au livre, qu'avec ses parents. L'American Academy of Pediatrics déconseille l'usage des écrans, à cet instant de la journée, mais l'adoption d'appareils numériques dans les foyers américains fait résonner un autre chant. La migration numérique, qui semble difficile à freiner, met donc en balance les deux impératifs : lire et comment faire lire.

 

Geeky

Bruno Padilha, CC BY 2.0

 

 

En juin dernier, la fameuse Academie avait souligné que les médecins devaient encourager les parents venant pour une visite médicale, à faire la lecture à leurs enfants. Et éventuellement, de prescrire des ouvrages, avec le même enthousiasme que celui pour la vaccination et les légumes. Mais comment faire correspondre le détachement des appareils numériques, avec la lecture ? 

 

Bien entendu, la première réponse serait d'agir auprès des parents pour les encourager à privilégier les livres imprimés. Mais les appartements n'ont pas tous une capacité à accueillir des centaines d'ouvrages ; passer par une bibliothèque de prêt devient alors la solution évidente, mais, là encore, le temps est une donnée à prendre en compte. Il est plus rapide de connecter sa tablette et d'acheter un ebook, que de passer par un établissement de prêt – plus rapide, pas nécessairement plus efficace, dans le choix des livres.

 

Ce qui pose véritablement problème aux chercheurs, c'est que l'on manque de recul sur les impacts que la lecture numérique pourra avoir sur les enfants. Surtout que plusieurs enquêtes semblent indiquer que le développement du langage pourrait être impacté par les dispositifs numériques. En cause ? Le manque d'interaction entre le parent, l'enfant... et le livre, comme le simple fait de tourner les pages et de montrer des illustrations.

 

Choisir ses supports dans l'intérêt de l'enfant

 

Or, si les tablettes offrent, par le biais de livres spécialement conçus, des outils d'interactivité, ces derniers sont autant de stimulus visuels qui empêchent l'endormissement. Une étude de 2012 montrait que les tablettes nuisent à la sécrétion de mélatonine : « Notre étude montre qu'une exposition de deux heures à la lumière d'appareils rétroéclairés peut supprimer la mélatonine d'environ 22 % », expliquait Mariana Figueiro, qui a dirigé les recherches.

 

La mélatonine qui, comme chacun sait, est aussi appelée hormone du sommeil, et régule les rythmes chronobiologiques. Elle provient des sécrétions de la glande pinéale, située dans le cerveau, et qui réagit à l'absence de lumière. La confrontation à un écran de tablette perturbe donc la sécrétion de l'hormone, comme tend à le démontrer l'étude, et menace ainsi les heures que l'on peut compter passer dans les bras de Morphée.

 

Que faire alors, pour les parents ? Une autre étude de 2013, réalisée par Temple University, et conduite par la Dr. Julia Parish-Morris, psychologue comportementale, indique que les livres papier entretiennent un fil de discussion et d'échange que l'on ne retrouve pas avec les ebooks. Et cette relation serait essentielle dans le développement linguistique de l'enfant. 

 

Dans le même temps, les éditeurs opèrent des mutations dans leurs branches éditoriales, pour répondre à la demande en livres numériques jeunesse, notamment, à travers des applications-livres. Ces dernières ont des vertus incontestables, mais un défaut cruel, aux yeux des médecins : elles ne sont pas imprimées. Pourtant, leur efficacité pédagogique serait reconnue, parce que leur capacité à faire interagir, justement, stimule l'apprentissage. Peut-être pas vraiment le type de lecture à recommander juste avant d'aller se coucher...

 

Kyle Snow, de la National Association for the Education of Young Children, redoute pour sa part que les parents ne finissent surtout par décrocher de leurs responsabilités dans leur rôle éducatif. « Il y a cette possibilité que la plus grande menace posée par les ebooks soit de devenir la télévision de cette génération. » Les parents, équipés d'appareils numériques à même de lire directement à leur progéniture, se détacheraient alors plus facilement : on pose son bambin devant une tablette, sorte de télévision de poche, qui s'occupe alors de lire à la place de papa et maman... (via New York Times)