Le devenir des podcasts en France : le ministère de la Culture à l'écoute

Nicolas Gary - 25.10.2019

Lecture numérique - Audiolivre - podcast création France - mission prospective podcast - Franck Riester


Que la voix se développe et que le son envahisse les oreilles, certes. Mais si le podcast prend de l’ampleur dans les habitudes de consommation, il faut également envisager des solutions pour soutenir la production. Et le ministère de la Culture a parfaitement entendu le message.


pixabay licence
 

C’est à l’occasion du festival Podcast Paris que le cofondateur de Binge Audio, réseau de podcast tout à la fois producteur, éditeur et diffuseur, soulevait ce point. Joël Ronez insistait en effet sur la nécessité de mettre en place des aides pour soutenir ce format, redécouvert actuellement.
 
La réponse ne s’est pas fait attendre : le directeur général des médias et industries culturelles (DGMIC) à la rue de Valois propose une mission de réflexion prospective. En effet, Martin Ajdari, annonçait que François Hurard, inspecteur général des affaires culturelles allait se voir confier cette lourde tâche.

L’objectif sera multiple : parvenir à définir les contours de l’aide publique pour le podcast et des modalités, juridiques, financières et réglementaires, qu’elle doit prendre. Cette réponse découle également des demandes formulées par le PIA, syndicat des producteurs audio indépendants. 
 

Le cas Majelan encore dans les esprits échaudés


Il faut se souvenir qu’en juin dernier, près de 150 producteurs de podcasts avaient rué dans les brancards, dans une lettre ouverte. Un manifeste publié sur Podcast ouvert posait les bases des revendications, avec en premier lieu, l’opposition formelle « à toute intégration automatique, sans accord préalable, de nos contenus sur une plateforme... »

Le service Majelan avait alors eu chaud aux oreilles : accusée d’avoir « dérobé » des podcasts, son fondateur, Mathieu Gallet avait été obligé de se défendre en indiquant qu’il n’avait collecté que des flux RSS pour les référencer. Sauf qu’en proposant une version payante de son application, l’ancien PDG de Radio France faisait de l’argent sur le dos de certains.
 
La mission confiée à François Hurard a été largement saluée par la SCAM, pour qui cette réponse du ministère emboîte enfin le pas aux recommandations formulées dans le document de 2018, Créer et innover en radiophonie. Ce dernier, rédigé par Loïc Chusseau et publié avec la complicité de France Culture et d’Arte radio, demandait que soit instauré un fonds pour la création radiophonique. (voir l'étude)

« Si la création sonore est dynamique grâce notamment à l’émergence du podcast, elle n’en reste pas moins fragile pour ne pas dire en souffrance, car le secteur est peu soutenu contrairement à l’audiovisuel ou à l’édition par exemple », indique la SCAM. Qui propose volontiers son aide pour la suite. 

Souvent associé à la croissance que connaît le livre audio dans l’édition, le podcast conquiert de plus en plus de maisons d’édition. Ces dernières ont ainsi recours au format audio pour assurer d’une autre manière la promotion de leurs auteurs auprès du public.


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.