Le DRM favorise le monopole des GAFA que l'édition "se targue de combattre"

Clément Solym - 28.09.2016

Lecture numérique - Usages - DRM Adobe ebooks - libraire indépendant ebook - verrou numérique lecture


Un distributeur et revendeur de livres numériques a décidé d’explique que les DRM, trop c’est trop. Et surtout, que cette pratique du verrou numérique n’a finalement qu’une finalité : celle de favoriser les grands acteurs américains. 

 

 

ActuaLitté, CC BY SA 2.0

 

 

Immatériel, distributeur avec 800 maisons au catalogue, et 7switch, le libraire, sont deux structures communes. « En tant que professionnels qui vivons du commerce du livre numérique depuis 2008, nous voulons démontrer ici la contre-productivité des DRM et les conséquences néfastes qu’elles ont sur le développement du marché », attaque ainsi un billet particulièrement bien senti.

 

75 % des appareils de lecture ne supportent pas Adobe – ni sa DRM

 

En adoptant les outils de lecture numérique, les lecteurs n’ont pour autant pas changé, souligne-t-on : ce sont toujours des gens qui souhaitent lire. En revanche, la commercialisation des œuvres a basculé : d’un côté, le papier chez les libraires, de l’autre, l’ebook chez les revendeurs en ligne – principalement américain. Pourtant, « les personnes qui achètent des livres numériques achètent ou ont acheté leurs livres papier chez des libraires ». 

 

Données du ministère de la Culture à l’appui, de souligner que 63,5 % des ventes de livres imprimés se font dans des lieux physiques. Alors quid des lecteurs ? 

 

De même qu’il existe deux formats – le Kindle pour Amazon, et l’EPUB pour toute la concurrence – de même le principe de DRM ACSM, solution d’Adobe s’oppose à tout bon sens. D’abord, elle n’est pas supportée par Amazon, logiquement, lequel représente entre 40 et 70 % des ventes. Impossible de se permettre d’écarter un pareil acteur, reconnaissaient les éditions Bayard.

 

De leur côté, Kobo et Google acceptent ce verrou, et, chez Apple, il faut passer par des applications spécifiques. Problème, « les plates-formes fermées préfèrent toujours leur propre DRM, c’est donc une compatibilité qu’elles ne mettent pas en avant ». Autrement dit, résume 7switch/Immatériel, la DRM Adobe est inopérante sur 75 % des appareils de lecture du secteur. 

 

La DRM, un programme de fidélité offert à Amazon et Apple

 

Le risque est donc double : que les lecteurs adoptent des environnements propriétaires et qu’ils finissent par délaisser les libraires indépendants. « Chaque DRM posée est une pierre supplémentaire qui renforce le monopole des plates-formes propriétaires internationales, que l’interprofession du livre se targue de vouloir combattre. »

 

Le message tente de percer depuis plusieurs années, la famille allemande Riethmüller, qui détient la chaîne Osiander, le clamait en janvier 2015 : « Le DRM est un coup bas à l’industrie, qui profite essentiellement à Amazon et Apple. » Un fameux programme de fidélité, donc.

 

Si le Service après-vente diminue avec le temps – 1 achat sur 4 en 2012, contre 1 achat sur 10 aujourd’hui, indique 7switch/Immatériel – le problème persiste. Les limites imposées par le verrou, soit 6 licences ou appareils de lectures où l’on peut transférer son ebook, tuent l’industrie à petit feu. Avec une conclusion nette : « Pour un libraire numérique indépendant, vendre un livre numérique avec DRM, c’est prendre le risque de perdre un client»

 

Et de balayer dans le même mouvement la future DRM Open Source développée par le consortium Readium : « Quelle que soit la DRM, même si elle allège les manipulations à réaliser côté client, elle n’intègre pas davantage dans l’équation les 3/4 des clients du marché numérique français, qui achètent leurs livres en librairie. »

 

Les éditions Actes Sud avaient pourtant apporté à ActuaLitté des éléments de compréhension. Matthieu Raynaud, en charge des ventes numériques, indiquait : « [P]our certains titres, nous sommes contraints d’apposer des DRM Adobe, cela semble être la pratique aux États-Unis. Un usage qui se transpose via les agents, ce dispositif étant à l’origine le seul moyen technique identifié. Par conséquent pour l’instant, nous payons ce verrou (environ 20 centimes par exemplaire vendu). Dans les prochains mois, nous souhaiterions simplifier cela et travailler sur la suppression des DRM Adobe. »

 

La librairie plafonnée artificiellement

 

Mais voilà, si l’obligation contractuelle existe, 7switch/Immatériel n’en conclut pas moins que les DRM relèvent d’un « non-choix commercial et politique de la part des éditeurs qui plafonne les parts de marché des libraires indépendants au profit des plates-formes internationales ». Le watermarking aurait à ce titre bien plus d’intérêt, même s’il a vocation à jouer au preneur d’otage.

 

En effet, le filigrane apposant des données personnelles, limitées, liées au compte de l’acheteur, joue tout de même le rôle de grand épouvantail. Le message est simple : lecteur, si tu partages illégalement, on saura que c’est toi, et on te retrouvera, parce que tu es sous haute surveillance. Et tu te réveilleras avec une tête de cheval tranché dans ton lit. Ou pas.

 

Avec l'affaire Adobe, "la fin des DRM s'impose comme une évidence"  

 

 

La solution proposée serait pourtant simple : proposer l’ensemble des formats lors de la vente du livre numérique, dans un package contenant MOBI (pour le Kindle) et EPUB, éventuellement un PDF pour les derniers réfractaires... D’ailleurs, la méthode est déjà éprouvée : « Les sites et forums pirates proposent d’ailleurs exactement cela : un package qui contient tous les formats possibles. » Preuve que ça existe, et fonctionne.

 

« En vendant des offres multi-formats (1 ISBN = x formats), les libraires indépendants proposent des offres d’aussi bonne qualité que les pirates [...] et sont au-dessus des plates-formes propriétaires qui elles proposent des offres à un seul fichier, avec DRM », conclut 7switch/Immatériel. 

 

Car oublier que les lecteurs qui achètent de l’ebook achètent aussi des livres papier, ce serait oublier l’essentiel : l’existence d’une chaîne du livre, globale...