Le fils de John défend le pré Carré du livre papier

Clément Solym - 10.02.2012

Lecture numérique - Usages - lecture numérique - livres - expérience


Dans un article publié sur FutureBook, Nick Harkaway, écrivain (Gonzo Lubitsch ou l'incroyable odyssée) et fils de John le Carré, affirme son amour du livre papier pour « l'expérience du coeur et du foyer ». Trop mignon.


Un philosophe armé d'un marteau? Nick Harkaway est à mille lieues du comportement nietzschéen. Lui fait dans le doux, la transition moelleuse au fond de son fauteuil. Son billet sur FutureBook cite d'entrée de jeu la phrase d'Abraham Maslow « Tout ressemble à un clou pour qui ne possède qu'un marteau » pour annoncer la couleur: toute technologie appelle un usage spécifique.

 

 

Et pour Harkaway, cet usage reste en dehors du foyer. Quand il est affalé sur son canapé, l'auteur britannique veut du papier, une couverture matte et de la chaleur: « Je veux mon canapé et mon épouse assise à l'autre bout avec ses livres, et je veux qu'elle me pousse du bout du pied quand il faut aller faire à manger ». T'inquiètes pas, Nick, ta douce ne devrait pas partir en courant si tu lis sur iPad.

 

Si l'explication matérialiste peut faire peur, on adhère en tout cas aux tests d'Harkaway: « J'ai récemment fait l'expérience de la lecture sur iPad dans mon bain, et je peux confirmer que les nerfs, la vapeur, les doigts mouillés et le poids de l'appareil ont quelque peu parasité ma relation avec le livre ».

 

La peau des doigts fripée, pas évident avec le tactile.

 

Et Nick Harkaway de conclure que chaque type de livre appelle un usage bien spécifique, avant d'affirmer que cet usage deviendra aussi important que « les situations et les personnages ».