Le French Book : Traduire et exporter en ebook les livres français

Clément Solym - 11.01.2012

Lecture numérique - Acteurs numériques - traduction - livres numériques - exporter


Exclusif ActuaLitté : « Ces livres français que vous allez adorer en anglais », explique l'éditeur Le french Book. Cet éditeur indépendant, qui se consacre à la publication en version numérique de livres, exclusivement venus d'auteurs français, vient de faire son apparition dans le paysage. 

 

« Le French Book est une maison d'édition américaine spécialisée dans la traduction et l'édition en anglais de livres français, pour distribution aux États-Unis comme dans d'autres pays anglophones. Notre objectif est de mettre en valeur les auteurs et la culture française à travers ses romans ou toute autre forme littéraire à destination du grand public. »

 

 

Trois grandes orientations, soit trois grandes collections existent : 

  • Crime fiction
  • Thriller
  • Self-help  

Le modèle découle donc directement de la publication, pour faire découvrir les oeuvres françaises. Et la démarche est intelligente : puisque le marché numérique a atteint ses 20 % des ventes aux États-Unis, pourquoi tenter de passer par une version papier; et perdre du temps ? 

 

« Par son approche digital first,  Le French Book place le livre électronique au cœur de son métier. Les avantages de cette démarche sont nombreux : rapidité de publication et de mise sur le marché, ouverture à un lectorat de plus en plus grand qui découvre les nouveaux modes de lecture, et création d'une dynamique pouvant mener vers la publication ‘papier'. »

 

Lancée fin décembre, la maison est née sous l'impulsion d'Anne Trager, PDG, traductrice et éditrice. Et le tout avec l'envie de faire partager les livres qui n'auraient pas pu autrement trouver leur public en version anglaise - voire n'auraient pas vu le jour tout court dans une traduction. La maison est en recherche de livres pour le moment pour alimenter ses collections. 

 

'L'idée coulait de source'

 

Avec un délicieux accent anglais, Anne Trager, fondatrice de Le french Book s'étonne elle-même : « Pour moi, l'idée coulait de source. Je ne comprends pas pourquoi je suis la seule sur ce secteur. Mais nous n'allons pas faire que du numérique : Le french book proposera des livres sous toutes leurs formes, en poche, hardback, et audio. »

 

Tout le travail éditorial est réalisé en interne, avec des traducteurs extérieurs à la société, venus en renfort. Mais pour ces derniers, Anne Trager insiste : « Le métier de traducteur est encore difficile et compliqué. Je ne veux pas que ce travail soit considéré comme une simple prestation de service. C'est pour cela que nous leur portons un intérêt tout particulier. »

 

Pour le moment, l'éditeur est en cours de discussion pour cinq titres. Et si cela se déroule principalement avec les éditeurs français, Anne Trager envisage également de s'adresser aux auteurs, à condition sine qua non qu'ils disposent des droits numériques pour la traduction en anglais. Cette année, ce sont vraisemblablement six ouvrages qui sortiront, et surtout, une grande première, c'est le livre de Sylvie Granotier, La rigole du diable, publié chez Albin Michel qui ouvrira le bal. 

 

Paru en janvier 2011, le livre incarne précisément la ligne crime novel qu'Anne Trager souhaite proposer, et qui, en version numérique, connaît le plus grande succès. L'ebook sera évidemment commercialisé sur toutes les plateformes actuelles, avec, précise-t-elle, « un accord plutôt avantageux pour les auteurs, ou les éditeurs détenant les droits. Je suis pro-auteurs, quand il s'agit des versions numériques. Pour le livre papier, cela fonctionne autrement, car les frais sont différents ». Elle ne nous dévoilera pas le pourcentage perçu par l'ayant droit, mais assure avoir bien à l'esprit que pour séduire, il faudra que les droits versés soient alléchants...

 

Un certain enthousiasme des éditeurs

 

Du reste, les éditeurs français contactés semblent avoir accueilli la nouvelle avec beaucoup d'enthousiasme. « Tout le monde nous accueille en estimant que c'est une très bonne idée. » Ce qui n'empêche pas de négocier ensuite pour arriver à un accord. Mai dans tous les cas, l'idée a en effet tout pour plaire : si l'on se souvient bien de l'étude réalisée par le MOTif, les livres français ont bien du mal à s'exporter de l'autre côté de l'Atlantique.

Avec 37.000 oeuvres littéraires traduites à Paris, New York fait pâle figure, avec ses 640 traductions. Mais c'est surtout la domination américaine qui marque : 2/3 des oeuvres traduites proviennent de l'anglais, chez nous, quand 1/5e des traductions sont issues du français aux États-Unis. Facile de parle de flux asymétriques, et pourtant le français reste la deuxième langue la plus traduite. 

« Alors que 81 % des traductions de l'anglais en français se publient en France, seuls 37,5 % des livres traduits du français en anglais voient le jour aux États-Unis. » (voir l'étude d'avril 2010

 

 L'approche numérique permettrait ainsi de limiter les coûts, mais également de pouvoir axer sur un secteur éditorial qui a le vent en poupe, du côté des ventes. « Le crime polar est très propice à la consommation numérique », confirme Anne Trager.

 

La suite, ce sera avec un premier ouvrage dans le domaine du développement personnel, négocié cette fois directement avec l'auteur. Pas de nom, les discussions sont toujours en cours, mais probablement aussi le premier livre qui sera disponible en version numérique et papier. Pour ce faire, c'est avec un éditeur américain que se dérouleront les négociations, afin de proposer le livre dans les meilleures conditions. « Nous n'avons pas, pour le moment besoin de mettre en place des partenariats ni des coéditions autour du numérique, mais pour le print, c'est différent. Et de toute manière, nous travaillerons avec différents éditeurs pour amener les livres sur le marché américain. »

 

Réseaux sociaux et investissements du net sont au programme pour la promotion des oeuvres, mais pas simplement. La semaine prochaine sera annoncée le livre de Sylvie Granotier, comme premier de la maison, et d'autres suivront.