Le Kindle a fait son temps, Amazon se rangera sur Apple

Clément Solym - 27.01.2010

Lecture numérique - Acteurs numériques - Kindle - temps - Amazon


Pour le Kindle, les jeux sont faits. Définitivement. En 2010, fin de partie pour Amazon. Et ce n'est pas par des tentatives de renouer avec les éditeurs, en leur offrant un meilleur pourcentage que le cybermarchand relancera sa cote de popularité, ni ne battra Apple sur son propre terrain : celui de la séduction massive des consommateurs.

Pourtant, à l'approche de la conférence, Amazon s'est agité : on propose le développement d'applications pour Kindle (pour lui venir en aide ?), on appâte, on flatte. Mais que lui reste-t-il avec son lecteur ebook ? Ars Technica est assez péremptoire sur la question.

Alors que l'on entend parler de rapprochement avec EA Mobile, division de Electronic Arts, sans que l'on sache réellement de quoi il en retourne, le devenir du marchand se fera via la tablette d'Apple. C'est déjà prévu. Pourquoi ? À cause de l'application Kindle for iPhone. Le coup est déjà prévu. Explications...

Pour le moment, le Kindle est le premier à avoir lancé la mode de l'AppStore pour lecteur ebook, mais d'autres viendront et déjà les appareils tournant sous Android amusent les développeurs. Mais les limitations viendront très vite et l'on se lassera des Sudoku et autres jeux de ce genre.

Alors quoi ? Eh bien, sûrement pas une confrontation directe en tentant de lancer une tablette sous leur propre marque. Déjà, le réseau sans fil de Whispernet n'y tiendrait pas. Et que tout repose sur la gratuité de cette connexion pour acheter les livres. Or, justement, pour son kit de développement d'applications, Amazon a déjà posé des barrières sévères. Et une tablette aurait un coût, notamment en bande passante, qui n'est pas dans l'intérêt d'Amazon.

Ensuite, difficile de rivaliser avec une interface Mac : la seule alternative serait Linux (oublions Windows...), mais cela ne marcherait pas plus. Pourquoi ? Parce que justement Apple arrive. Et que tout est déjà prêt pour que les fournisseurs de contenu soient en mesure de vendre le leur directement via la tablette. Probablement pas dès la présentation, mais dans quelques mois, tout sera mis en place. Dès lors, il ne restera plus qu'à Amazon à mettre tout son magasin sur la tablette, et profite largement des compétences des gens de Lexcycle, créateurs de Stanza, application rachetée dernièrement.

Bien plus probable, bien moins coûteux et plus pertinent... Maintenant, l'avenir pourrait nous donner tort. Pour une raison : qu'Apple verrouille l'achat de livres (et la vente, pourquoi pas ?) et empêche ce genre d'utilisation. Mais pourquoi, après tout ? D'un côté, la Pomme propose un contrat solide aux éditeurs, de l'autre, rien ne l'empêche de mettre à profit le système d'applications pour Amazon. Surtout si des accords sont passés. Et là, tout est possible...

En somme, concluent nos confrères, le temps du Kindle est fini. L'encre électronique est dépassée. Bienvenue en 2010, dans le marché qu'Apple va ouvrir. Bienvenue en 2010, l'année d'Apple ?

En tous cas, le règne d'Amazon par le Kindle qu'annonçait Jeff Bezos semble s'éloigner