Le Kindle bientôt en France : la fonction de lecture au crible

Clément Solym - 16.10.2009

Lecture numérique - Acteurs numériques - Kindle - bientôt - France


Lundi 19 octobre, le Kindle sera officiellement achetable depuis un certain nombre de pays directement sur la boutique d'Amazon. Vendu pour 279 $, on lui ajoutera finalement plusieurs taxes et autres frais qui monteront le prix de la bestiole à quasiment 360 $. Soit finalement un coût de 240 €. Sans le navigateur web, pour économiser des frais chez AT&T. Sans non plus de catalogue autre que celui présent sur Amazon US. Avec des frais en sus pour l'achat des ebooks. Oui, mais...

Les consommateurs découvriront avec joie la fonction Text To Speech, celle qui avait provoqué un véritable tollé, parce que d'un côté les éditeurs de livres audio estimaient qu'il y avait violation des droits, et que de l'autre, les associations d'handicapés estimaient juste de pouvoir se faire lire les livres numériques par la voix de synthèse.

Et justement, TeleRead revient un peu sur cette fonction : la qualité de la voix. Clairement rien à voir avec une voix humaine, et nombre de plaintes d'utilisateurs pointent justement que cette voix ne marque aucune inflexion. Chose qui plaidait par ailleurs en faveur des associations d'handicapés, et faisait bien valoir que cette fonctionnalité ne pouvait en rien concurrencer les livres audio et autres lectures d'oeuvres réalisées par des humains. Des vrais.

Si l'on peut comprendre sans peine les mots lus, il est très probable qu'Amazon perfectionnera encore cette technologie et même plus encore, ce qui ne manquera pas d'effrayer les éditeurs. Et là, coucou, on va rentrer dans le même conflit, par la suite, dès lors que les éditeurs français verront le catalogue d'ebooks en français disponible sur Amazon. Nous n'y sommes pas tout à fait, mais c'est également un point sur lequel réfléchir.

Si la portion que représentent les ventes de livres audio reste congrue, la fonction TTS ne représente-t-elle pas un avenir plus prometteur pour les livres numériques et leur commerce ? Et dans ce cas, interroge TeleRead, les éditeurs ne devraient-ils pas fermer les yeux sur de possibles pertes de ventes en audiobooks et miser plus au contraire sur la montée du livre numérique ?

D'ailleurs, sera-t-elle présente et fonctionnelle pour des livres en français ?