Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Le Kindle Fire, une affaire très juteuse pour Amazon

Antoine Oury - 25.01.2013

Lecture numérique - Tablettes - Kindle Fire - Amazon - ventes à perte


ABI Research, qui scrute les marchés en tout genre pour établir ses prédictions sur le futur du secteur des technologies, s'est intéressé au Kindle Fire, et à la stratégie si spéciale d'Amazon. Contrairement au refrain de mise dans les communiqués de presse d'Amazon, le Kindle Fire n'est pas vendu à perte, et serait même une excellente affaire pour le géant du e-commerce, et à court terme...

 


Écran d'accueil du Kindle Fire HD

ActuaLitté, CC BY-NC-SA 2.0

 

 

En effet, d'après les analyses du spécialiste en la matière Aapo Markkanen, seuls 10 $ dépensés par mois et par tablette seraient nécessaires à la firme pour s'octroyer les 3 $ mensuels nécessaires à une marge de 20 % sur le produit. « En considérant les marges sur les applications et les contenus, nos recherches montrent que le Kindle est une proposition valable. Nous nous attendons à une "stabilisation de l'innovation" pour les dispositifs mobiles dans les 5 années à venir, et cela jouera en faveur d'Amazon » précise l'analyste en chef.

 

ABI va même plus loin : le point fort d'Amazon se trouverait plutôt du côté de ses applications, qui totalisent 180 millions de téléchargements au total : Kindle, Price Check, Cloud Drive, Amazon Mobile... Autant de services qui ont pour vocation d'occuper, même partiellement, le terrain laissé aux concurrents. Et encore : le développement d'une tablette dédiée aurait été une sorte d'obligation pour un acteur qui table énormément sur la consommation de contenus culturels, afin de ne pas être assujetti à ses concurrents (Apple, Google, Sony...).

 

Fabriqué par la société Quanta Computer, à Taïwan, le Kindle Fire pourrait bien être vendu à perte : d'après des calculs, l'ensemble des pièces détachées nécessaires à sa construction approche les 191 $, tandis que le montage coûterait seulement 10 $ par machine, compétitivité des pays asiatiques oblige...

 

Si l'on ajoute les marges du constructeur au total, Amazon devrait, en théorie, payer de sa poche. Cependant, des commandes de grande envergure, ou encore la signature d'accords spécifiques, peuvent singulièrement faire baisser les prix.

 

Céder des Kindle Fire à bas prix, ce n'est donc pas une grosse perte...