Le livre audio serait-il plus à l'abri du piratage que l'ebook ?

Nicolas Gary - 25.11.2019

Lecture numérique - Audiolivre - piratage livres audio - Youtube streaming piratage - éditeurs audiolivre ventes


A partir de 2015, le livre audio s’est déployé en numérique, alors que commençaient à ralentir les ventes du format CD. Fort logiquement, à cette période, le piratage a également connu une embellie. Aujourd’hui que le marché se structure, l’audiolivre subira-t-il le même sort que ses camarades du livre numérique ? Pas certain, à en croire les professionnels.
 



 
Les DRM furent la plaie du livre numérique, quand la mesure de protection se bornait aux solutions d’Adobe. Lourd pour l’utilisateur, contraignant, peu intuitif, l’outil de protection de fichiers tombe aujourd’hui dans les oubliettes de l’histoire littéraire (numérique en tout cas). Si des alternatives se présentent comme la DRM Light LCP, le livre audio semble échapper à ces outils.

Audiolib, la filiale de Hachette-Albin Michel autour du livre audio, a choisi de ne pas recourir aux DRM. De même pour la holding Madrigall (Gallimard, Flammarion, Casterman). Une raison simple, indique Camille Dauchat, responsable éditoriale : « La DRM introduit des contraintes qui ne sont pas compatibles avec les usages. Nous travaillons déjà avec le format MP3 qui pose problème pour certains revendeurs. Or, d’autres moulinent nos fichiers pour les rendre lisibles dans leurs solutions applicatives. »

Ajouter une DRM dans ces tuyaux reviendrait à rendre illisibles les fichiers, donc freiner définitivement toute l’attractivité de l’audiolivre. Car, si la vente unitaire coexiste avec une offre d’abonnement très encadrée, cette dernière s’inscrit avant tout – du fait des joueurs qui poussent ce format – dans une logique d’application, dite sécurisée. Autrement dit, on achète et on lit-écoute via son smartphone, via les outils logiciels imposés.
 

Des applications qui protégent ?


Application sécurisée, ou pourrait-on dire, des solutions propriétaires, qui encadrent le fonctionnement et le bon usage des livres audio. « Pirater une application de lecture, nécessite des compétences technologiques importantes – par delà l’intention elle-même du piratage, qui se combat très difficilement en soi », souligne Pierre Denis, fondateur de Tootak. De quoi envisager que le livre audio soit mieux protégé que l’ebook ?

Si ce dernier était également à lire dans des applications, en quoi l’audiolivre serait-il plus protégé — d’autant qu’il se retrouve également à la vente unitaire, plus classiquement ? 

Pour Camille Dauchat, les solutions de surveillance existent — le groupe Hachette en emploie de nombreuses — surveiller les mouvements pirates revient à collecter des informations parfois précieuses. « Tout particulièrement quand il ne s’agit pas de titres parmi nos meilleures ventes : un piratage en hausse peut devenir un indicateur, et nous inciter à mettre en avant le titre sur les plateformes légales. »

Et Éric Marbeau, responsable de la diffusion numérique chez Madrigall, d’abonder : « Ce qui importe, en premier lieu, c’est une offre légale. » La solution technique trouvée par Eden Livres pour proposer facilement des extraits d’ouvrages y participe — et bientôt, pourquoi ne pas envisager des extraits d’audiobooks sur les réseaux pirates ?
 
Mais pour attirer le lecteur, le prix doit répondre aux attentes : souvent plus cher que le grand format, du fait du temps d’enregistrement et de ses coûts, il ne saurait être question de le positionner en deçà du livre de poche. 

Pourtant, reprend Éric Marbeau, on sait que l’offre pirate sur YouTube est abondante, depuis des années : des fichiers sons changés en vidéos, gratuitement consultables. « C’est toujours un combat contre l’hydre… », soupire-t-il. Mais au moins l’écueil des DRM sera-t-il évité…
 

Dossier - Entre lecture et écoute, le livre audio, mode d'emploi


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.