Le livre électronique ne remplacera pas le livre de poche 

Xavier S. Thomann - 19.02.2013

Lecture numérique - Lecteur eBook - eBook - Livre de poche - Autonomie


Pour montrer à quel point les choses ont évolué en matière de lecture numérique, le site The Digital Reader vient de ressortir un vieux post d'un blogueur. « Vieux » n'est pas exactement le mot, puisqu'il ne remonte qu'à 2009. Pourtant, selon eux il s'agit bien d'un témoignage d'une époque révolue. 

 

 

Il est vrai que les propos de cet internaute ont de quoi faire sourire aujourd'hui, alors que le livre numérique se démocratise et que le livre de poche bas de gamme semble condamné à disparaître. En effet, il semble probable que le livre numérique favorise la disparition des romans de gare imprimés, ainsi que des best-sellers de poche. 

 

Pourtant, l'intéressé, dont les propos sont repris par Digital Reader, pensait exactement l'inverse, ce qui semble bien faire rire nos confrères américains (un humour geek, convenons-en). Après avoir déclaré son amour pour la technologie, l'internaute exprimait son scepticisme par rapport au livre électronique. 

 

« Concernant les livres, expliquait-il, mon alter ego luddite prend le dessus. (...)Je choisis sans hésiter le livre de poche, au lieu du reader. » Ses arguments ? 

 

« Je peux lire un vrai livre partout, pas besoin d'être à proximité d'une source de courant, et pas d'inquiétude à propos de la batterie de mon ordinateur portable ou de devoir recharger mon reader. Je peux prendre un livre de poche à 10 euros avec moi dans le train, le lire dans le bus, et même le brandir dans la rue sans avoir peur qu'on me le vole — je ne peux pas en dire autant d'un appareil qui vaut 200 dollars. »

 

Blague à part, ces propos nous permettent de voir comment le livre électronique a évolué en très peu de temps. La batterie d'un Kindle de base dure très longtemps (trois semaines environ), donc on peut prendre son train sans crainte d'être interrompu dans sa lecture par une batterie en bout de course. Question sécurité, on ne peut pas dire qu'un reader d'entrée de gamme soit l'objet le plus convoité. 

 

Autrement dit, il faut tourner sept fois sa langue dans sa bouche avant de faire des prévisions sur l'avenir des appareils numériques. Certes, il y a encore plein de bonnes raisons de continuer à lire des livres papier, mais on ne les trouve plus du côté des limitations techniques des readers.