Le livre numérique ne remplace pas le papier dans le coeur des lecteurs

Clément Solym - 09.12.2013

Lecture numérique - Usages - livers numériques - taux d'adoption - impression numérique


Les lecteurs ne sont définitivement pas disposés à abandonner le papier. Ça tombe bien, personne ne leur a demandé. Une étude menée par Ricoh Americas Corporation, en collaboration avec l'Université du Colorado, montre qu'en dépit des avantages du livre numérique, le format imprimé reste plus efficient au coeur des lecteurs. 

 

 


 

 

D'ici à 2016, les répondants sont 70 % à considérer qu'ils n'abandonneront pas les livres imprimés. L'attachement est tout à la fois sentimental et sensoriel. L'étude, The Evolution of the Book Industry: Implications for U.S. Book Manufacturers and Printers (à consulter en fin d'article) montre également que, sur le territoire étatsunien, 60 % des ebooks téléchargés ne sont pas lus. 

 

Depuis 2012, la croissance de ce format, et sa popularité, ont connu un fort ralentissement - avec une certaine diminution des ventes de lecteurs dédiés constatée. En revanche, si les tablettes sont de plus en plus plébiscitées, les utilisateurs préfèrent les divertissements plus high-tech, comme les jeux vidéo, ou les films. 

 

Les tendances actuelles, réaffirme l'étude, montreraient également que l'on assiste à une hausse du nombre d'exemplaires publiés, mais une diminution des ventes. L'approche numérique, dans ce contexte, permet de mieux maîtriser les flux, mais de son côté, l'impression numérique fournit aux imprimeurs des solutions qui répondent plus étroitement à la demande réelle. On fabrique moins, parce que l'on peut produire plus facilement.

 

Trois raisons majeures ressortent des observations d'usagers : 

  • dans un livre papier, la fatigue des yeux n'existe pas, contrairement aux appareils numériques
  • la vue d'un livre et son contact sont des choses importantes
  • la possibilité de ranger un ouvrage supplémentaire dans sa bibliothèque compte

 

« Plus de 500 ans après l'invention de l'imprimerie, les fabricants de livres et les éditeurs jouent un rôle central dans la prochaine révolution du livre, qui se déroule actuellement. Pour emprunter une phrase de Mark Twain, les rapports présidant la mort du livre imprimé sont très fortement exagérés », assure George Promis, vice-président des solutions de production chez Ricoh. 

 

Rappelons que cette société fournit des solutions d'impression numérique aux éditeurs, ce qui peut expliquer une partie des orientations prises par l'étude.

 

Entre autres résultats, Ricoh assure que les éditeurs ont recours à l'impression numérique de deux manières. D'abord, pour contourner les lourdeurs de la distribution traditionnelle : en ne plaçant qu'un ou deux ouvrages dans les librairies, la maison réduit les frais de stockage et ne commande de réassorts qu'en cas de besoin - et de demande. Ainsi, les tirages numériques permettent de maîtriser les flux. 

 

De la sorte, et alors que le livre numérique ne sera pas le tueur de livres papier, c'est donc vers l'impression numérique que la firme invite à se tourner - et pourquoi pas, vers ses propres prestations. 

 

 



Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.