Le livre numérique plus souvent payé que les autres biens culturels

Camille Cornu - 19.10.2015

Lecture numérique - Usages - Hadopi téléchargement - livre numérique - statistique e-book


Le 16 octobre, l’Hadopi a livré les résultats d’une étude du volume de consommation des biens et services culturels dématérialisés. Si l'accès en streaming et la gratuité restent privilégiés, de fortes disparités subsistent entre les types de biens. Le livre numérique arrive en avant-dernière position des biens dématérialisés consommés, juste avant les jeux vidéo. 

 

Bitcoin statistic coin ANTANA

(Antana, CC BY-SA 2.0)

 

 

Précisons que l'étude a été réalisée sur un échantillon représentatif des consommateurs de biens culturels dématérialisés, et non des internautes en général. Choisis en fonction de leurs habitudes de consommation, 5985 participants ont passé une semaine à relever de quelle façon et à quel type d'œuvre ils accédaient sur internet. D'une manière générale, l'accès gratuit est privilégié, ainsi que l'accès en streaming, tandis que l’accès payant concerne davantage le téléchargement, un mode d'accès globalement en baisse. 

 

La musique reste le bien culturel dématérialisé le plus consommé et conserve un taux d’accès licite très élevé, bien que majoritairement gratuit, ce qui s'explique principalement par l'utilisation de YouTube. La consommation de films et de séries TV en streaming est majoritairement licite, mais leur téléchargement demeure surtout illicite. En ce qui concerne les livres téléchargés, 23 % le sont de façon illicite, et 43 % de façon licite, les 33 % restant ne connaissant pas le statut légal de l'œuvre qu'ils ont téléchargée. Les livres en streaming semblent légèrement moins en proie au piratage, avec 51 % de livres téléchargés de façon licite, pour 21 % de façon illicite, et 28 % d'inconnu.

 

Comparativement, pour ce qui concerne les consommateurs en streaming, 68 % consomment de la musique et 9 % des livres. En téléchargement, les consommateurs de musique sont 19 % contre 7 % pour les livres. Mais en ce qui concerne le téléchargement payant, on arrive à 24 % de livres achetés à l'unité et 9 % obtenus grâce à un abonnement payant, contre 18 % et 6 % pour la musique achetée pendant la semaine. Les livres sont ainsi les biens dématérialisés les plus payés lorsqu'ils sont téléchargés. 

 

 

 

 

 

Si le streaming et la gratuité restent les modes d’accès majoritaires, devant le téléchargement et les accès payants, il existe aussi de fortes disparités selon le type de biens téléchargés.

 

Livre : les oeuvres françaises sont surreprésentées

 

Pour les biens les plus consommés que sont la musique et les films, les œuvres citées sont pour un tiers françaises, ce qui n’est le cas que d’une minorité de séries consommées (17 % en streaming, 3 % en téléchargement). Mais pour les livres et les bandes dessinées, les œuvres françaises sont surreprésentées (4 à à 46 %). La moitié des livres téléchargés en streaming sont français, et un peu moins de la moitié pour les livres en téléchargement.

 

Ces chiffres recouvrent la presse, de VSD à L'Équipe, ainsi que des classiques très étudiés dans le secondaire, comme Candide, qui a égalemenent l'avantage d'être libre de droits et accessible gratuitement. À côté de ces classiques, on note un nombre important de romances ou romans policiers.

 

Pour les livres et les bandes dessinées (2 à 3 œuvres par consommateur et par semaine, selon le mode d’accès), la consommation illicite est à peu près équivalente à la consommation licite, pourtant nettement marquée par des plateformes proposant leur propre liseuse électronique, comme Amazon et son Kindle, ou la Fnac et son Kobo, iTunes étant aussi très souvent cité, probablement grâce à la lecture sur smartphones et tablettes.

 

 

 

Enfin, on peut noter l'importance des abonnements : près d'un répondant sur deux à accès à ses oeuvres via une plateforme à laquelle il est abonné, de Deezer à Amazon, et il s'agit très majoritairement d'abonnements gratuits. 

Cependant, un tiers de ceux qui n’ont jamais payé se disent prêts à le faire, et sont dans ce cas favorables à un accès à l’unité. Ce qui ferait le succès du téléchargement de la musique serait sa possibilité d’accès titre par titre, de même que celui des séries grâce à leur accès épisode par épisode. 

 

La fragmentation au moment de l'achat semble être un des avantages offerts par les biens dématérialisés, et des portes semblent en effet s'ouvrir au livre dans ce domaine, notamment en ce qui concerne la vente de livre chapitre par chapitre.