Le marché des livres électroniques peine au Brésil

Clément Solym - 26.01.2011

Lecture numérique - Acteurs numériques - brésil - livre - numerique


Les Brésiliens aimeraient posséder des lecteurs et livres numériques. Une étude récente montre que le Brésil s’est classé parmi les premiers pays en termes d’adoption de gadgets électroniques, téléphones et ordinateurs en tête de liste. Seulement, les prix élevés du marché de la lecture numérique et l’absence de réglementation dans ce domaine les tiennent éloignés de ce secteur en pleine expansion.

Bien que le marché des livres électroniques soit en plein essor, il existe des freins à son évolution, notamment au Brésil. L’année dernière, un seul magasin proposait des livres numériques - au total 150 - et le lecteur adéquat (Cool-er) : Gato Sabido. Aujourd’hui, l’entreprise a grandi et a pris de l’ampleur. Elle a vite été rattrapée par des détaillants brésiliens qui ont, eux aussi, investi le marché : Cultura, Saraiva, Ponto Frio, Casas Bahia… Xeriph et Simplissimo sont, de leur côté, prêts à offrir une marque blanche aux distributeurs de contenu électronique, ce qui permettrait aux petites et moyennes entreprises de se lancer dans ce nouveau marché.

Tout au long de l’année 2010, les éditeurs se sont empressés de numériser leurs catalogues sans savoir d’ailleurs s’il fallait commencer avec les anciennes listes ou les nouvelles versions et les résultats ne se sont pas fait attendre : aujourd’hui, Gato Sabido vend 2800 titres au Portugal, Cultura et Saraiva 2000 chacun. Mais en ce qui concerne les titres anglais, Ponto Frio et Casas Bahia (deux magasins populaires proposant divers produits et accessoires électroniques faisant partie du même groupe) expérimentent la vente au détail et proposent 210 titres gratuits en portugais. Grioti, la dernière entreprise à s’être lancée dans l’aventure offre, elle 870 titres.

Dans ce marché, la France a été largement laissée pour compte, bien qu’elle ait été choisie par Apple en novembre dernier pour accueillir le lancement de l’iPad (peut-être parce qu’aucun livre numérique concurrent n’est disponible sur son site…).

Pour accélérer l’offre de contenus électroniques, cinq éditeurs se sont regroupés pour lancer un distributeur de livres numériques : le DLD. Entre temps, Duda Ernanny, dirigeant de Gato Sabido, sort Xeriph, distributeur lui aussi. Simplissimo, qui aide les éditeurs à convertir les livres en numérique, est sur le point de lancer sa « Stealth Plataform », dont l’un des premiers clients est Traça, une librairie traditionnelle de livres d’occasion. Singular, arme numérique du groupe Ediorno, se positionne comme une plaque tournante de la distribution numérique des fichiers POD et iPUB.

Bien qu’il y ait à ce jour plus de titres disponibles au Brésil, la numérisation reste la grande barrière du développement du livre numérique au Brésil. Une des raisons de ce frein est l’ignorance de beaucoup d’éditeurs du monde numérique ; l’autre est due à l’absence de droits réglementant le marché de la lecture numérique. Ainsi, la plupart des contrats concernant les titres brésiliens n’ont pas de clauses incluses couvrant les droits numériques : les éditeurs doivent donc se tourner à nouveau vers les agents et auteurs avant de lancer les versions numériques de leurs catalogues.

Se pose aussi le problème du coût des lecteurs numériques aux Brésil, qui maintient les acheteurs à distance. Le Cool-er, premier dispositif de lecture numérique disponible au Brésil, coûte 418 $, alors que les prix des iPads s’échelonnent de 987 $ à 1556 $. Autre exemple, le Kindle 3G/WiFi d’Amazon s’achète au Brésil le double du prix américain…

Gato Sabido a récemment déclaré avoir vendu 10000 livres numériques l’année passée, ajoutant que 50000 gratuits avaient été téléchargés depuis leur site. Des chiffres étonnants si on prend en compte que seulement 1000 Brésiliens ont acheté un Cool-er sur la même période.

2010 a été l’année où les technologies numériques ont enfin vu le jour au Brésil. Des chercheurs ont demandé aux brésiliens ce qu’ils avaient l’intention d’acheter au rayon électronique dans les années à venir. Disons simplement qu’on peut s’attendre à ce que les ventes de lecteurs numériques augmentent de 133 % en 2011… (via Publish News Brazil)