Le moteur de recherche change, la valeur de la culture aussi

Clément Solym - 13.08.2012

Lecture numérique - Usages - Google Penguin - livre numérique - commerce dématerialisé


La récente mise à jour du moteur de recherche de Google, de Panda à Penguin (voir notre actualitté) va sérieusement impacter le référencement. D'abord, avec un regain de qualité que beaucoup espèrent effectif : le nouveau système ne se basera plus seulement sur la popularité qu'attribuaient les robots aux différents termes utilisés, mais également sur le contenu proposé, ses aspects inédits et ses relais sur les réseaux sociaux. Par ailleurs, le référencement des sites sera soumis à une politique plus stricte en matière de respect des droits d'auteurs.


Free Pirate

(auteur : Casey Bowman)

 

Autant d'améliorations qui se faisaient tout de même attendre : leader incontesté (incontestable ?) sur le marché de la recherche en ligne, loin devant ses quelques concurrents, Google fonctionnait encore sur le modèle de la densité du trafic et de la présence de mots-clés bien précis pour ses référencements. Avec Penguin, les développeurs nous promettent des résultats plus intelligents, basés sur les impressions du lecteur et non sur les tendances du Web.

 

Outre cette amélioration qualitative, voeu pieux que l'usage permettra de vérifier ou d'infirmer, Google promet un référencement plus strict vis-à-vis des sites sujets à des plaintes pour non-respect du droit d'auteur, ceux visés par une fameuse « DMCA Complaint », DMCA correspondant au Digital Millenium Copyright Act, mis sur pied en 1998 à la demande de l'organisation mondiale pour la propriété intellectuelle. Avec ce nouveau moteur, Google répond une nouvelle fois aux souhaits des protecteurs de la propriété intellectuelle, le Syndicat national de l'édition phonographique. (notre actualitté)

 

Google, d'après ses propres dires, recevrait près de 5 millions de ces DMCA Complaints par mois, et assure les traiter avec impartialité : « Seuls les détenteurs du copyright savent si un certain usage est autorisé, et seuls les tribunaux peuvent décider si le droit d'auteur a été violé; Google ne peut pas déterminer si une page web précise enfreint ou respecte le droit d'auteur. Ainsi, alors que ce nouveau moteur va influencer les classements, nous ne supprimerons aucune page des résultats de recherche avant d'avoir reçu un avis de copyright valide du titulaire des droits. Et nous allons continuer à fournir des outils de « contre-préavis » afin que ceux qui pensent que leur contenu a été retiré à tort puissent obtenir son rétablissement. Nous continuerons également à être transparents sur les retraits liés au droit d'auteur » explique Amit Singhal, ingénieur chez Google.

 

En clair : le titre d'un ouvrage rédigé dans la barre de recherche n'aboutira plus forcément sur un fichier EPUB téléchargeable sur Mediafire ou autre site d'hébergement de fichiers, mais plutôt sur les plateformes légales, telles qu'Amazon, Apple, ou... Google Play Livres. Si l'on peut se réjouir de l'augmentation des ventes (payer deviendra finalement plus simple que dénicher un fichier gratuit), et de la stabilisation des prix qu'elle devrait permettre, on s'inquiétera des répercussions sur la diversité des revendeurs. Que l'algorithme de Google se base sur la fréquence des visites ou la satisfaction des utilisateurs, les plateformes transnationales seront toujours favorisées en raison de leur force de frappe sans commune mesure, aidée par une optimisation fiscale à toute épreuve.

 

Par ailleurs, les conflits d'intérêts auxquels fait face Google sont nombreux : à la fois vendeur et publicitaire, rien ne l'empêche de favoriser les acteurs avec lesquels il entretient une connivence, ou sa propre plateforme L'influence de son réseau social G+ sur les résultats des recherches est établi, et reconnu par Google lui-même, tandis que le moteur de recherche fait face à plusieurs procès mettant en cause son impartialité, qu'il s'agisse d'un abus de position dominante dans la cartographie ou de mouchards placés sur les ordinateurs des internautes utilisant Safari comme navigateur. Autant de pratiques qui font doucement rigoler lorsque l'on prend connaissance des promesses du moteur de recherche.

 

La distorsion de la concurrence est au moins aussi réelle que le piratage, et les mesures prises à l'encontre de l'un ne doivent pas aller sans des contrôles stricts pour éviter l'autre.