Kindle Unlimited, les auteurs à la merci d'Amazon ?

Nicolas Gary - 25.06.2015

Lecture numérique - Usages - Kindle Unlimted - abonnement illimité - rémunération auteurs


En modifiant les conditions de rémunération des auteurs indépendants, à travers Kindle Unlimited, Amazon a provoqué de nombreuses réactions. Son service d’abonnement illimité proposera désormais une méthode présentée comme plus respectueuse : le paiement à la page, plutôt qu’un règlement basé sur le nombre d’emprunts du livre. Ambiance torride assurée.

 

 

 

 

Pour s’assurer un catalogue bien touffu, en l’absence des grands éditeurs américains, Amazon avait en effet eu recours aux auteurs autopubliés à travers Kindle Direct Publishing. À des conditions drastiques, les auteurs pouvaient alors s’assurer d’une présence sur la plateforme – et Amazon pouvait alors communiquer sur la présence de centaines de milliers de livres, disponibles pour une poignée de dollars.

 

Si ce revirement doit rétablir un certain équilibre entre les ouvrages de 50 pages et ceux de 500, l’Authors Guild y voit un danger réel. L’organisation de défense des auteurs américains souligne que les poètes ou les auteurs jeunesse seront nécessairement lésés : leurs livres comptent en moyenne moins de pages qu’un roman... Des pertes financières assurées. 

 

Notons également que cette méthode sera également appliquée pour les titres proposés dans le cadre de la Kindle Owners Lending Library. Cette offre est réservée aux clients Premium et leur accorde d’emprunter un ouvrage chaque mois, gratuitement. Que ce soit avec KU ou KOLL, les auteurs pour devenir éligibles doivent accepter une distribution exclusive sur Amazon.

 

L’Authors Guild s’émeut donc du sort réservé aux auteurs indépendants, rappelant que les redevances ne commencent qu’à partir du moment où 10 % du livre ont été lus. Or, jusqu’à présent, dès que ce pourcentage était dépassé, tout auteur percevait une rémunération, Amazon considérant que le livre était « acheté ». Les auteurs percevaient alors un montant compris entre 1,33 $ et 1,40 $ en moyenne, depuis l’ouverture du service, voilà un an.

 

« À première vue, il semblerait que les redevances liées aux pages lues inciteront les auteurs à produire des ouvrages qui obligeront les lecteurs à poursuivre leur lecture », commence l’AG. Cependant, les choses ne sont pas évidentes : les modifications structurelles du récit viendront certainement, mais tous les auteurs ne modifieront pas leur manière d’écrire, en multipliant les effets de surprise. 

 

Le changement, qui surviendra le 1er juillet laisse encore quelques jours de commentaires à venir, mais ce qui se confirme, c’est bien l’emprise d’Amazon sur les auteurs. La dépendance de ces derniers à des contrats susceptibles d’être modifiés du jour au lendemain, unilatéralement, devrait conduire à une certaine prudence. Le problème, c’est qu’Amazon fait vendre, beaucoup...

 

Il n’avait jamais été aussi flagrant que le cybermarchand avait tout pouvoir, note l’Authors Guild, qui semble tomber des nues. 

 

Cependant, elle passe sous silence qu’Amazon a été le premier opérateur de l’autoédition à proposer une rémunération mensuelle aux auteurs, selon leurs ventes. Chose que les auteurs ayant signé un contrat traditionnel ne connaissent que rarissimement. Bien entendu, Amazon avait tout intérêt à flatter les indépendants. Et maintenant que son service d’abonnement illimité semble avoir atteint une masse critique, il leur est possible de couper les vivres, en partie, pour les auteurs.

 

La question serait plutôt de savoir ce que cette décision pourrait impliquer pour l’avenir.  

 

Par ailleurs, il serait bon de ne pas trop pester contre cette solution : en France, l’offre illimitée qui avait été remise en cause, a finalement trouvé des solutions pour se conformer à la législation. Sauf que les opérateurs semblent avoir opté pour une solution identique... vis-à-vis des éditeurs.

 

Pour faire simple : un livre sera vendu par l’éditeur à 10 € HT en ebook au prestataire, avec une remise – soyons fous, et simplifions les calculs – de 50 %. Autrement dit, les opérateurs achètent le livre 5 €. Cette somme sera divisée par le nombre de pages – mettons 100 pages, ce qui place le ratio de pages lues à 0,05 centime. Rémunérer les auteurs, vraiment ?


Pour approfondir

Editeur : LGF
Genre : litterature...
Total pages : 345
Traducteur : Éric chédaille
ISBN : 9782253157403

En un monde parfait

de Laura Kasischke

Jiselle, la trentaine et toujours célibataire, croit vivre un véritable conte de fées lorsque Mark Dorn, un superbe pilote, veuf et père de trois enfants, la demande en mariage. Sa proposition paraît tellement inespérée qu'elle accepte aussitôt, abandonnant sa vie d'hôtesse de l'air pour celle, plus paisible croit-elle, de femme au foyer. C'est compter sans les absences répétées de Mark, les perpétuelles récriminations des enfants et la mystérieuse épidémie qui frappe les Etats-Unis, leur donnant des allures de pays en guerre. L'existence de Jiselle prend alors un tour dramatique...

J'achète ce livre grand format à 6.90 €