Le piratage, vecteur d'accès à la connaissance : l'exemple africain

Nicolas Gary - 07.04.2015

Lecture numérique - Usages - Afrique livres - piratage ebooks - connaissance développement


Et si le piratage palliait les absences éditoriales ? En Afrique, une étude publiée par l'African Governance and Development Institute indique que le téléchargement illégal augmente le niveau d'alphabétisation et la diffusion des connaissances. De sorte que les chercheurs mettent en garde contre des politiques trop strictes en la matière – tout en soulignant que la protection du droit d'auteur n'est pas à remettre en cause.

 

 

talk to your books

"Parler à tes livres devrait devenir un hobby" - Michael Pollak, CC BY 2.0

 

 

Simplice Asongu a travaillé sur deux documents, aux conclusions assez proches. La question du piratage est au cœur de plusieurs des publications de cet habitué de HEC et de l'Université de Liège. Travaillant tant sur le piratage de logiciels que celui des publications scientifiques, il prend pour exemple les répercussions de ces pratiques en Afrique. 

 

Le piratage, capable d'améliorer la vie

 

Pour sa dernière parution, il tisse des liens entre l'évolution et les perspectives pour « l'économie de la connaissance », la protection du droit d'auteur et l'impact du piratage dans les pays africains. « Les conclusions qui révèlent un lien positif sont globalement conformes avec une idée postulant que, le miracle de l'Asie orientale, a été largement provoqué par de faibles régimes de protection, dans les premiers stades de son développement », écrit-il. 

 

Les politiques de protection moins strictes sur les logiciels « accroissent sensiblement les contributions et la dissémination de la connaissance à travers des publications scientifiques et techniques en Afrique ». Au moins sur le court terme, insiste-t-il. Avec le temps, il importera toutefois de renforcer les législations, à mesure que des progrès interviendront. Les retombées essentielles pour la croissance économique et le développement des connaissances passeraient donc par une accessibilité, via les outils du piratage.

 

Car, peut-on lire dans une autre parution, il devient évident que « le piratage de logiciels augmente l'alphabétisation ». Cette contrefaçon aurait des effets positifs, puisqu'elle diminuerait l'inégalité de l'accès aux ressources, et donc le développement de chacun. (via Torrent Freak)

 

« L'effet nuisible du piratage sur l'Indice de Développement Humain est alimenté par la prospérité économique par habitant », insiste l'auteur. Ainsi, les pays africains avec des législations moins contraignantes sur le droit d'auteur ont pu constater une sensible amélioration de leurs résultats. 

 

De là à conclure que le piratage de livres favorise l'alphabétisation, il faut s'appeler Paulo Coelho pour le revendiquer. Mais ce que soulignait le romancier d'origine brésilienne, c'est que le piratage devient positif, lorsqu'il remplace l'absence d'offre, ou comble un vide. Il avait ainsi salué un adolescent qui, dans les rues de Delhi, vendait des ouvrages contrefaits. « Je sais que les gens appellent ça des éditions pirates. Mais pour moi il s'agit d'un honneur et d'un moyen honnête pour ce jeune homme de gagner de l'argent. »

 

Par accessibilité, on entend bien entendu tout ce qui implique les moyens d'obtenir une œuvre : sa distribution, la présence de lieux de vente, son prix, la qualité de l'offre, et ainsi de suite. Si l'idée est théoriquement séduisante – et plutôt réaliste –, il n'en demeure pas moins qu'elle ne sera certainement pas adoptée par les auteurs victimes de piratage. 

 

Les recherches de Simplice Asongu font également écho à un récent rapport de l'ONU, signé Farida Shaheed, appelant à un meilleur équilibre entre droit d'auteur et droit d'accès à la science et à la connaissance, particulièrement important dans les pays en développement. Dans les recommandations de la rapporteuse, on trouvait ce point :

  • L'ensemble des parties prenantes devrait mener des discussions portant plus spécifiquement sur la meilleure façon de protéger les intérêts moraux et matériels des auteurs dans l'environnement numérique, en veillant à ce que cette protection n'ait pas d'incidence potentiellement disproportionnée sur le droit à la liberté d'expression et le droit de participer à la vie culturelle. 

Un même point de vue, donc : si les auteurs doivent être protégés, cette protection ne doit pas se faire au détriment du droit d'accès à la science et à la connaissance. 

 

Numérique et démocratisation d'accès en Afrique

 

Le message ne manquera pas d'intéresser le ministre de la Culture de Côte d'Ivoire, Maurice Bandaman, qui porte aujourd'hui le projet d'un Centre francophone du livre, ayant pour vocation d'aider libraires, auteurs et éditeurs, à travers ce territoire linguistique. 

 

À ce titre, il soulignait déjà l'importance de la diffusion légale numérique, comme vecteur démocratique d'accès à la connaissance : « Nous avons, en Côte d'Ivoire, 22 millions d'habitants, et quelque 18 millions d'abonnés à des offres portables. Les transactions financières, les mandats, s'effectuent ainsi. Or, on peut aussi recevoir un livre, un texte, un poème, que sais-je, simplement sur sa boîte email. Le territoire dispose d'un réseau internet dense, ce qui apportera, avec les téléphones portables, la meilleure voie pour encourager la lecture et diffuser les livres. C'est pourquoi je crois que le livre numérique sera l'accès le plus démocratique. »

 

En marge du Salon du livre de Paris, il nous précisait d'ailleurs son intérêt pour les nouvelles solutions comme l'impression à la demande. « Cet outil de fabrication et de commercialisation offre une réponse immédiate aux problèmes d'approvisionnement. Il ne faut pas oublier que, vendre des livres, c'est développer la culture, c'est lutter contre l'obscurantisme, c'est donc faire reculer le djihad. » 

 

Rappelons qu'en février dernier, une bibliothèque numérique, Library.nu avait été fermée suite à l'intervention d'une coalition d'éditeur. Selon la plainte ayant justifié l'action, la plateforme disposait de 400.000 livres numériques, et réalisait plus de 11 millions de dollars de chiffre d'affaires, par les comptes Premium, notamment. Colossal, et insupportable. « Je suis très préoccupé par cette injonction contre le site. Il est particulièrement utile pour des gens qui, comme moi, travaillent à Nairobi, une vile qui n'a pas plus de quatre librairies, avec rien d'autre que des best-sellers », expliquait alors un utilisateur. (via Torrent Freak)

 

Lire les deux publications de Simplice Asongu