Le point sur la consommation d'ebooks au Royaume-Uni

Julien Helmlinger - 19.06.2013

Lecture numérique - Usages - Enquête - Nielsen - Consommation


Ce mois, Nielsen a publié son dernier rapport d'observation de la consommation de livres numériques au Royaume-Uni. Selon le panel sondé par Kantar Worldpanel, le baromètre des ventes d'ebooks aurait connu un 2e mois consécutif à la baisse. Signe notamment d'un ralentissement de croissance d'adoption de l'ebook par la population, selon les analystes. L'enthousiasme pour la « révolution numérique » pourrait avoir été surestimé, tandis que les ventes numériques risqueraient de ne pas compenser les pertes constatées sur le marché de l'imprimé.

 

 

 Chiffrage des pénétrants sur le marché de l'ebook, âgés entre 13 et 79 ans, par périodes de 4 semaines 

(Nielsen)

 

 

Début 2012, la tendance était à un engouement qui contraste avec les chiffres actuels. Au 1er trimestre 2013, les ventes globales de livres au Royaume-Uni, numérique et papier compris, auraient diminué de 8 millions d'unités en comparaison à l'année précédente. Cette année, le livre représenterait en chiffre d'affaires un total de 344 millions £, soit une perte de 50 millions £ par rapport à 2012.

 

Si d'une année sur l'autre les consommateurs auraient dépensé davantage sur le marché de l'ebook, à hauteur de 13.6 %, les dépenses sur le marché du livre papier auraient chuté de 16,2 % sur la même période. Soit sur le marché global du livre  : un gain en valeur de 1,2 million £ à peine pour une perte plus conséquente de 19,4 millions £. 

 

A noter que sur le mois précédent le 17 mars dernier, le prix moyen payé pour un e-book était de 2,82 euros : 8,1 % de moins que le mois précédent, et 11,6 % en comparaison avec 2012. Une réduction tarifaire notamment stimulée par les offres promotionnelles d'ebooks, à moins d'un euro, que pratiquaient Sony et Amazon dans leur guerre des prix. Mais avec la fin de ces offres en question, la tendance pourrait s'inverser dans les mois à venir.

 

Selon les analystes de Nielsen, l'enthousiasme des consommateurs quand ils acquièrent un appareil de lecture, ou leur premier ebook, stimulerait à la fois les ventes de livres physiques et dématérialisés. Le défi de l'édition deviendrait désormais d'éviter de voir retomber cette frénésie consommatrice.