Le président du SNEP a des propos virulents contre les pirates

Clément Solym - 12.09.2009

Lecture numérique - Acteurs numériques - snep - lameignère - point


Le P.D.G. de Sony Music France et président du SNEP (Syndicat national des éditeurs phonographiques), Christophe Lameignère, après avoir communiqué les mauvais résultats du secteur musical français a fait des déclarations plutôt limites sur les pirates.

Il les a associés à des « voleurs à la petite semaine » qui donnent des « leçons de morale » tout en restant « planqués derrière leur ordinateur ». À propos de l'idée de certains de dévoiler les noms des députés favorables à la loi, il déclare « Ils dénoncent, vous vous rendez compte ? Ce sont des gens qui sont dans le principe de la dénonciation. Je pense qu'il faut le dire. Il faut dire qu'on ne peut pas avoir confiance dans des gens qui dénoncent, et qui refusent de s'identifier ».

Et comme si l'allusion n'était pas assez claire, il aurait aussi déclaré selon Métro « Ces gens-là, ils auraient vendu du beurre aux Allemands pendant la guerre ! ». La discussion sur la question d'internet et de la création aurait-elle atteint le « point Godwin » ?

C'est en tout cas l'avis de l'UFC Que Choisir qui lui a attribué 100 points Godwin pour ses déclarations et exige des excuses. Il faut savoir que l'UFC Que Choisir fait partie du groupe Création Public Internet, qui rassemble plusieurs organisations qui sont toutes contre Hadopi. « Christophe Lameignère, Président du SNEP, a fait le dérapage de trop en assimilant les opposants de la loi Hadopi à des 'collabos' en puissance du régime nazi. Les membres de la plateforme Création Public et Internet demandent au SNEP des excuses publiques ».

Avec ces 100 points Godwin, Christophe Lameignère, est en bonne place pour détrôner Brice Hortefeux et ses propos quelque peu suspects, dans le top 10 des pires dérapages de l'année.