Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Le prêt d'ebooks ouvert au Japon : Amazon poursuit son ascension

Nicolas Gary - 22.08.2013

Lecture numérique - Acteurs numériques - Amazon - Kindle Store - Japon


C'est désormais officiel, Amazon a ouvert, un an à peine après le lancement de son Kindle au Japon, le prêt de livres numérique, au travers de sa bibliothèque. Les clients premium sont donc autorisés à louer un ouvrage gratuitement, à raison d'un titre par mois, dans une liste préalablement établie en fonction des autorisations du libraire.

 

 

 

 

 

Il n'aura manifestement fallu que quelques mois pour qu'Amazon remporte l'adhésion du public japonais. Quelques mois au terme desquels le Kindle représentait déjà 40 % du volume national : un cabinet de recherche de l'Archipel avait démontré que derrière on retrouvait péniblemement Sony, avec 10 % de parts de marché et Rakuten, au travers de Kobo, avec 7,4 %. Or, entre les deux sociétés japonaises et l'Américain, on retrouve Bookweb, qui dispose de 13,4 % de PdM, librairie en ligne gérée par Kinokuunya, acteur national et chaîne de librairies japonaise. 

 

La bibliothèque de prêt d'ebooks sera incontestablement un plus pour Amazon, qui annonce, comme toujours plusieurs milliers de titres disponibles dans ce cadre, et propose une offre d'essai d'un mois pour se faire une idée. Au menu, BD, livres et best-seller, à découvrir sur Kindle, mais uniquement sur les appareils. Toujours pas question de passer par les applications directement pour s'en procurer un exemplaire. 

 

Toute porte également à croire, d'après les expériences passées, que la boutique de prêt de livres numériques sera en grande partie alimentée par des ouvrages d'auteurs indépendants. Les éditeurs semblent grincer des dents, sur tous les territoires où Amazon s'est installé, et réticents à proposer leurs ouvrages au prêt numérique. 

 

En France, Amazon avait dévoilé fin juillet qu'un auteur proposant ses livres via cette plateforme de prêt, percevait des revenus de 1,74 € par ouvrage et par prêt. Le marchand dispose chez nous d'un catalogue de 4000 titres. 

 

En juin dernier, une autre étude montrait que le Kindle Store avait une sacrée longueur d'avance sur iBooks, pourtant lancé récemment sur l'île. Non seulement son Kindle Store a été lancé en octobre 2012 (contre mars 2013 pour iBooks), mais le site de e-commerce figurait déjà dans les boutiques préférées des Japonais pour acheter leur livre papier en ligne. Dès lors, il semble presque logique que 49,4 % des lecteurs d'ebooks se tournent vers le site pour y faire provision d'ebooks.

 

Le livre numérique, pour sa part, avait connu une très forte croissance pour l'année 2012 : le secteur avait atteint 72,9 milliards de yens pour l'an passé, avec une croissance de 15,9 % par rapport à 2011 - 62,9 milliards ¥. 

 

En 2017, les analystes prévoient que l'on basculera sur un montant de 239 milliards ¥, selon l'institut de recherche japonais Internet Media. Ce dernier assure également qu'avec l'arrivée de la plateforme Amazon, qui pèserait pour 36,8 milliards ¥, soit une croissance de 228,6 % par rapport à l'an passé, c'est une nouvelle explosion qui est à prévoir.