Le prix des ebooks à la lumière de l'offre et de la demande

Clément Solym - 26.04.2012

Lecture numérique - Acteurs numériques - ebooks - prix - edition


Le prix parfois élevé des ebooks peut paraître complètement incompréhensible, parce que la chaîne de fabrication et de distribution de l'ebook ne ressemble guère à celle du livre imprimé. Dans le cadre du procès du Département de la Justice américaine contre Apple et plusieurs éditeurs pour entente sur la fixation du prix des ebooks, la question du prix est plus que jamais d'actualité.

 

De plus, comme le rapporte Digital Book World, quand les ventes de certains éditeurs stagnent et que leurs profits augmentent, il est fort probable que « de plus grandes marges de profits sur les ebooks en soient les responsables ». Le procès antitrust aux Etats-Unis semblent avoir donné l'impression que les éditeurs fixent eux-mêmes des prix très élevés sur leurs ebooks... alors qu'il y a certainement d'autres raisons à cela.

 

Des coûts élevés de développement

 

Le coût de l'ebook, rappelle Digital Book World, découle en grande partie de l'acquisition des contenus. « Nous devons toujours payer pour l'avance de l'auteur, l'édition, la correction, la correction des épreuves, la couverture et le design intérieur, les illustrations, les efforts marketing la publicité et l'équipe qui doit coordonner tous les détails qui rendent le livre possible », affirme Bob Miller, président de Workman Publishing.

 

 

Molly Barton, directrice de l'édition numérique globale chez Penguin, estime quant à elle que « la production d'ebooks coûte 10 % moins cher que la production de livres imprimés. Mais la plus grosse dépense est la rémunération des auteurs, et cela l'a toujours été ».

 

De plus, le développement d'un format EPUB, d'une application, rentre également dans les comptes. Ce n'est certes qu'une dépense unique, mais encore faut-il l'amortir. Sriram Panchanathan, vice-président pour les solutions numériques chez Aptara, une entreprise de premier ordre produisant des ebooks, une simple page peut voir son coût évoluer entre 0,20 $ et 0,90 $. De plus grosses maisons parviennent certainement à réduire l'impact de ce coût en éditant et en vendant un plus grand nombre d'ebooks, mais on comprend que pour des structures moins importantes cette dépense doivent être amortie.

 

Le facteur de la demande ne doit pas être ignoré

 

Certes, un ebook, contrairement à un livre papier qui court le risque de ne plus être édité en fonction de la demande, peut rester disponible sur une bien plus longue durée. Mais le prix de l'ebook que nous payons est avant tout défini par la demande, en-dehors des coûts de fabrication. Même si l'ebook reste disponible plus longtemps, il faut compter sur une demande qui, elle, ne sera pas constamment forte.

 

Un livre peut être édité en grand format, puis il sortira en format poche, donc moins cher. Dans les premiers temps, ceux qui veulent absolument se le procurer devront payer plus cher, et sinon attendre qu'il soit édité à un prix moindre. Et le marché de l'ebook n'échappe pas à cette  règle. Les maisons d'édition les plus influentes n'hésiteront. pas, si l'ouvrage est bien marketé, à proposer des ebooks plus chers, ne serait-ce que les premiers mois après la sortie du titre. Comme dans le cas des livres imprimés, le prix du livre numérique aura ensuite tendance à décroître petit à petit.